Auteur : Degrelle Léon
Ouvrage : Hitler pour mille ans
Année : 1969

Lien de téléchargement : Degrelle_Leon_-_Hitler_pour_mille_ans.zip

Chapitre premier Le musellement des vaincus 7 A nous, rescapés en 1945 du front de l'Est, déchirés par les blessures, accablés par les deuils, rongés par les peines, quels droits nous reste-t-il encore ? Nous sommes des morts. Des morts avec des jambes, des bras, un souffle, mais des morts. Prononcer un mot en public, ou écrire dix lignes lorsqu'on a combattu, arme au poing, contre les Soviets, et, surtout, lorsqu'on a été un chef dit « fasciste », est considéré sur-le-champ, du côté « démocratique », comme une sorte de provocation. A un bandit de droit commun, il est possible de s'expliquer. Il a tué son père ? Sa mère ? Des banquiers ? Des voisins ? Il a récidivé ? Vingt journaux internationaux ouvriront leur colonnes à ses Mémoires, publieront sous des titres ronflants le récit de ses crimes, agrémenté de mille détails hauts en couleur, qu'il s'agisse de Cheisman ou de dix de ses émules. Les descriptions cliniques d'un vulgaire assassin vaudront les tirages et les millions d'un bestseller à son analyste pointilleux, l'Américain Truman Capote. D'autres tueurs publics comme les Bonnie et Clyde connaîtront la gloire des cinémas et dicteront même la mode dans les drugstores les plus huppés. Quant aux condamnés politique, ça dépend. C'est la couleur de leur parti qui commandera leur justification ou leur exécration. Un Campesino, paysan rustaud devenu chef de bande du Frente Popular, et que les scrupules n'étouffaient guère lorsqu'il s'agissait de faucher les rangs des Nationaux, a pu, en Espagne même, et à des centaines de milliers d'exemplaires, dans le journal au tirage le plus élevé de Madrid, expliquer, largement et librement, ce qu'avait été son aventure sanglante d'Espagnol de « Gauche ». Mais voilà, lui était de Gauche. Alors, lui avait le droit, comme tous les gens de Gauche ont tous les droits. ...