Acheter

De Gobineau Joseph-Arthur - Essai sur l'inégalité des races humaines


Auteur : De Gobineau Joseph-Arthur (Comte)
Ouvrage : Essai sur l'inégalité des races humaines - Livres 1 à 6
Année : 1884

Lien de téléchargement : De_Gobineau_Joseph-Arthur_-_Essai_sur_l_inegalite_des_races_humaines.zip

La condition mortelle des civilisations et des sociétés résulte d'une cause générale et commune. - La chute des civilisations est le plus frappant et en même temps le plus obscur de tous les phénomènes de l'histoire. En effrayant l'esprit, ce malheur réserve quelque chose de si mystérieux et de si grandiose, que le penseur ne se lasse pas de le considérer, de l'étudier, de tourner autour de son secret. Sans nul doute, la naissance et la formation des peuples proposent à l'examen des observations très remarquables : le développement successif des sociétés, leurs succès, leurs conquêtes, leurs triomphes, ont de quoi frapper bien vivement l'imagination et l'attacher ; mais tous ces faits, si grands qu'on les suppose, paraissent s'expliquer aisément ; on les accepte comme les simples conséquences des dons intellectuels de l'homme ; une fois ces dons reconnus, on ne s'étonne pas de leurs résultats ; ils expliquent, par le fait seul de leur existence, les grandes choses dont ils sont la source. Ainsi, pas de difficultés, pas d'hésitations de ce côté. Mais quand, après un temps de force et de gloire, on s'aperçoit que toutes les sociétés humaines ont leur déclin et leur chute, toutes, dis-je, et non pas telle ou telle ; quand on remarque avec quelle taciturnité terrible le globe nous montre, épars sur sa surface, les débris des civilisations qui ont précédé la nôtre, et non seulement des civilisations connues, mais encore de plusieurs autres dont on ne sait que les noms, et de quelques-unes qui, gisant en squelettes de pierre au fond de forêts presque contemporaines du monde, ne nous ont pas même transmis cette ombre de souvenir ; lorsque l'esprit, faisant un retour sur nos États modernes, se rend compte de leur jeunesse extrême, s'avoue qu'ils ont commencé d'hier et que certains d'entre eux sont déjà caducs : alors on reconnaît, non sans une certaine épouvante philosophique, avec combien de rigueur la parole des prophètes sur l'instabilité des choses s'applique aux civilisations comme aux peuples, aux peuples comme aux États, aux États comme aux individus, et l'on est contraint de constater que toute agglomération humaine, même protégée par la complication la plus ingénieuse de liens sociaux, contracte, au jour même où elle se forme, et caché parmi les éléments de sa vie, le principe d'une mort inévitable. Mais quel est ce principe ? Est-il uniforme ainsi que le résultat qu'il amène, et toutes les civilisations périssent-elles par une cause identique ? Au premier aspect, on est tenté de répondre négativement ; car on a vu tomber bien des empires, l'Assyrie, l'Égypte, la Grèce, Rome, dans des conflits de circonstances qui ne se ressemblaient pas. Toutefois, en creusant plus loin que l'écorce, on trouve bientôt, dans cette nécessité même de finir qui pèse impérieusement sur toutes les sociétés sans exception, l'existence irrécusable, bien que latente, d'une cause générale, et, partant de ce principe certain de mort naturelle indépendant de tous les cas de mort violente, on s'aperçoit que toutes les civilisations, après avoir duré quelque peu, accusent à l'observation des troubles intimes, difficiles à définir, mais non moins difficiles à nier, qui portent dans tous les lieux et dans tous les temps un caractère analogue ; enfin, en relevant une différence évidente entre la ruine des États et celle des civilisations, en voyant la même espèce de culture tantôt persister dans un pays sous une domination étrangère, braver les événements les plus calamiteux, et tantôt, au contraire, en présence de malheurs médiocres, disparaître ou se transformer, on s'arrête de plus en plus à cette idée, que le principe de mort, visible au fond de toutes les sociétés, est non seulement adhérent à leur vie, mais encore uniforme et le même pour toutes. J'ai consacré les études dont je donne ici les résultats à l'examen de ce grand fait. ...

4351 lectures

Voir aussi

Coty François - Sauvons nos colonies

Auteur : Coty François (Spoturno Joseph Marie François) Ouvrage : Sauvons nos colonies Le péril...

Lire la suite

Eriksen Knud - La controverse de Sion par Douglas Reed Un résumé

Auteur : Eriksen Knud Ouvrage : La controverse de Sion par Douglas Reed Un résumé Année : 1998 Lien...

Lire la suite

Démocratie Participative - 008

Auteur : Démocratie Participative Ouvrage : 008 Année : 2019 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Casteran Augustin - L'Algérie française de 1884 à nos jours

Auteur : Casteran Augustin Ouvrage : L'Algérie française de 1884 à nos jours Année : 1900 Lien de...

Lire la suite

Giono Jean - Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix

Auteur : Giono Jean Ouvrage : Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix Année : 1938 Lien de...

Lire la suite

Colonna Francesco Maria Pompeo - Abrégé de la doctrine de Paracelse et de ses Archidoxes

Auteur : Colonna Francesco Maria Pompeo Ouvrage : Abrégé de la doctrine de Paracelse et de ses...

Lire la suite

Vaquié Jean - Bénédictions et malédictions

Auteur : Vaquié Jean Ouvrage : Bénédictions et malédictions Prophéties de la révélation privée...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book