Acheter

Rebatet Lucien Romain - Les étrangers en France


Auteur : Rebatet Lucien Romain (François Vinteuil - François Vinneuil)
Ouvrage : Les étrangers en France
Année : 1935

Lien de téléchargement : Rebatet_Lucien_Romain_-_Les_etrangers_en_France.zip

Je Suis partout. 16 février 1935 - 23 mars 1935. On comptait en France, aux dernières statistiques, plus de 3 millions d’étrangers. Il y en a 420.000 environ, soit un dixième de la population, dans Paris et sa banlieue. Nous avions, il y a quelques semaines, près de cinq cent mille chômeurs, mais aussi plus de huit cent mille travailleurs étrangers, dont le nombre ne cesse d’augmenter, malgré toutes les promesses officielles. Le titre de cette enquête est suffisamment justifié par de tels chiffres, mais n’implique pas le moins du monde une xénophobie qui, n’étant guère dans nos moeurs, risquerait surtout de compromettre nos intérêts chez nous et hors des frontières, et avec laquelle, cependant, les politiciens de l’Internationale voudraient confondre notre juste inquiétude. Il importe de s’expliquer entièrement à ce sujet. L’autre semaine, le Quartier Latin et la plupart de nos universités protestaient énergiquement contre les faveurs inadmissibles dont les étudiants étrangers sont les bénéficiaires, et qui leur permettent d’occuper chez nous, à notre détriment, surtout en médecine, un nombre croissant de places. Excellent symptôme. Comme toujours, la vérité vient d’en haut. Mais comme toujours aussi, elle est tronquée, faussée avant d’atteindre la foule. La presse n’a pas osé écrire ce que les étudiants ont pensé et dit véritablement : que leur grève ne visait point l’étranger, mais le métèque, le sans-patrie qui, seul, s’incruste et vit en parasite. Un Quartier Latin qui cesserait d’être cosmopolite, ce serait un coup terrible pour notre influence spirituelle dans le monde. Le jeune Américain, le jeune Japonais qui s’apprêtent à venir compléter chez nous leur bagage intellectuel, qui peuvent devenir un peu plus tard dans leur pays les meilleurs adversaires de la propagande francophobe, doivent savoir ceci : leurs camarades français, s’en peut-être s’en rendre compte, ont posé, une fois de plus et sous la pression des circonstances, la redoutable question de l’émigration juive. A y regarder de près, on s’aperçoit en effet que l’expression : « Une concurrence de la médecine étrangère » est équivoque. La poignée de praticiens arméniens ou grecs qui exercent en France est négligeable, sauf par l’assez singulière conception qu’elle se fait parfois de son métier. Ce sont des Juifs fraîchement émigrés qui ont envahi la médecine française. A cet égard, le moindre coup d’oeil dans un annuaire, un simple bottin de téléphone, est probant. Veut-on des précisions ? Traditionnellement, les étudiants roumains, comme la plupart des Balkaniques, viennent achever à Paris leur formation universitaire, de moins en moins nombreux, d’ailleurs, à mesure que s’accroît le grabuge financier de leur pays. Une thèse reçue, un externat terminé, les chrétiens repartent. Les Juifs restent. Sur un millier d’étudiants roumains, il y a, sur la rive gauche, deux tiers de Juifs, tous, ou peu s’en faut, médecins, bien résolus à se faire, après des centaines d’autres, une place au soleil français. Et pour cause ! Les étudiants chrétiens, violemment antisémites, ont pratiquement imposé, depuis dix ans, un numerus clausus dans les universités roumaines, en exigeant par exemple que les « Judovi » dissèquent uniquement des macchabées juifs. Tout un énorme trop-plein d’Israélites transylvains et bessarabiens, sans parler de tous ceux dont les pères avaient été chassés déjà par les pogroms de la Russie méridionale, a reflué sur nous. Les Juifs d’Allemagne, depuis deux ans, sont venus grossir ce troupeau qui n’en est pas à sa première migration, mais arrive pour la première fois sans doute, en hordes aussi compactes à nos portes. Ceux-là viennent aggraver par leur présence et leur redoutable solidarité ethnique, l’avenir déjà peu folâtre de notre jeunesse intellectuelle. Cependant, les Anglo-Saxons, les Scandinaves, les Espagnols, qui venaient apprendre à nous connaître un peu moins mal dans nos amphithéâtres, nos ateliers, nos spectacles, ne peuvent plus s’offrir qu’exceptionnellement un pareil luxe, que l’on a guère travaillé à leur rendre plus accessible. Il en est du Quartier Latin comme de Paris, comme de toute la France. Nous abritons trois millions de parasites. Il est à peine paradoxal, pourtant, de dire que nous manquons d’étrangers. Nous n’avons plus que 12.000 résidents américains, contre 26.000 en Italie. Les voyageurs, qu’aucune propagande officielle ne sollicite, que notre vie chère effraie, vont passer leurs vacances ailleurs. Les artistes, les écrivains, les riches étrangers, découragés par notre fisc, alarmés par nos remous politiques, ont regagné leur pays. Ils n’achètent plus nos livres, nos tableaux. Ils ne font plus vivre nos chemins de fer, nos taxis, nos cousettes. Mais nous payons les frais d’hôpitaux et les indemnités de chômage d’un énorme prolétariat que l’on avait engagé au petit bonheur pour combler les vides, redresser les ruines de la guerre, qui ne nous sert plus à rien depuis des années, et dont le flot toujours croissant n’est pas arrêté. Les Champs-Élysées, les boulevards de Paris sont privés de ce remue-ménage cosmopolite indispensable à leur éclat, mais dans les fêtes foraines des faubourgs grouillent nègres et mulâtres de toutes teintes, Kabyles à demi vagabonds, rouquins Juifs de Pologne, Levantins de races indéchiffrables, terrassiers italiens qui portent la faucille et le marteau à leur cravate des dimanches. Nous étions le jardin de l’Europe. Voilà que nous en devenons le dépotoir. ...

4392 lectures

Voir aussi

King Michael S. - La mauvaise guerre

Auteur : King Michael S. Ouvrage : La mauvaise guerre La vérité jamais dite sur la seconde guerre...

Lire la suite

Vivas Maxime - La face cachée de Reporters sans frontières

Auteur : Vivas Maxime Ouvrage : La face cachée de Reporters sans frontières De la CIA aux faucons...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque...

Lire la suite

Le livre noir de l'occupation israélienne

Auteur : Breakingthe Silence Ouvrage : Le livre noir de l'occupation israélienne Les soldats...

Lire la suite

D'Hauterive Ernest - Le merveilleux au XVIIIe siècle

Auteur : D'Hauterive Ernest Ouvrage : Le merveilleux au XVIIIe siècle Année : 1902 Lien de...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book