Acheter

Rebatet Lucien Romain - Pourquoi les roumains sont antisémites


Auteur : Rebatet Lucien Romain (François Vinteuil - François Vinneuil)
Ouvrage : Pourquoi les roumains sont antisémites
Année : 1939

Lien de téléchargement : Rebatet_Lucien_Romain_-_Pourquoi_les_roumains_sont_antisemites.zip

Je Suis Partout, 17 février 1939. La Roumanie n’a pas toujours eu des Juifs Il y a en clinique certains cas types de maladies que les médecins offrent en exemples à leurs étudiants. S’il existait un enseignement pour la question juive, la Roumanie pourrait y jouer à la perfection ce rôle. Il n’est certainement pas de pays où l’on puisse suivre plus clairement les étapes de l’invasion juive et de l’antisémitisme, accompagnés de phénomènes qui se reproduisent avec une singulière régularité. La Roumanie se confond aujourd’hui avec le grand réservoir juif de l’Europe orientale. Elle est même un de ses principaux secteurs. On se figure communément que le Juif y est fixé depuis un temps immémorial. La vérité est tout autre. Après avoir subi sous toutes ses formes la domination étrangère, soutenu d’innombrables luttes, les deux principautés de Moldavie (Roumanie du Nord) et de Valachie (Roumanie du Sud) menaient, au XIXe siècle, une existence obscure et patriarcale, apparemment peu propre à attirer les émigrants israélites. D’autant que la Turquie se réservait le monopole de tous les échanges commerciaux sur cette terre de son empire, en chargeait des agents grecs ou arméniens. Les recensements de l’époque, en effet, donnent environ 3300 Juifs pour la Valachie (population totale d’environ 1 650 000 habitants). La Moldavie, plus proche des grands centres juifs, en comptait à peu près 12 000, soit 2 % de sa population, ceci en l’année 1803. Encore faut-il noter que beaucoup de ces Juifs étaient arrivés assez récemment, après le partage de la Pologne. Deux des grands spécialistes de la question, et qui l’ont traitée chacun d’un côté différent de la barricade, l’antisémite roumain Verax, dans son livre étonnant de précision et de pittoresque (Bucarest 1903), et le Juif Bernard Lazare (Cahiers de la Quinzaine, Paris 1902) sont d’accord au moins sur ces chiffres linéaires. Bernard Lazare fait bien état de ces familles juives venues de Hongrie ou de Russie, chassées par les persécutions, au cours du Moyen Age. On conviendra que leur descendance, dans l’énorme population juive de la Roumanie actuelle, est une imperceptible minorité. Les principautés bénéficient d’un commencement d’émancipation en 1821, après la guerre de l’indépendance grecque qui marque le réveil des chrétiens de l’Europe orientale. Elles obtiennent surtout de la Turquie la liberté de commerce. Aussitôt, une nombreuse émigration de Juifs polonais s’infiltre en Moldavie. Nous en trouvons déjà 37 000 en 1831. Au recensement de 1839, on en compte 118 922, pour une population de douze cent mille chrétiens. En Valachie, ils n’étaient encore que 6000. La demi-libération de 1821 rendait le Roumain maître d’une terre exceptionnellement favorisée : magnifique grenier à grains, cheptel immense, forêts inépuisables, riches gisements minéraux. La transformation rapide de l’outillage agricole, du vêtement, de l’habitation, devaient accroître l’essor du pays. Mais le Juif fraîchement émigré possédait, par son expérience du négoce, un avantage considérable sur le chrétien. Il allait être le premier et presque le seul bénéficiaire de l’ascension matérielle du pays. La Roumanie ne s’est pas encore relevée de ce handicap centenaire. Sa pauvreté en capitaux nationaux, paradoxale dans un pays aussi bien pourvu de richesses naturelles, le terrible encombrement des professions libérales où l’élite s’est rejetée et où elle rencontre encore la concurrence juive, sont inséparables du problème juif. Les Juifs, dès leur entrée, avaient mis la main sur l’artisanat et le petit commerce naissants : Ils se concentrent dans les villes d’année en année plus peuplées, tandis que les nouveaux arrivants, selon le processus classique, s’installent d’abord dans les bourgades et établissent parmi les paysans leur dangereux système de prêts usuraires. ...

2942 lectures

Voir aussi

King Michael S. - La mauvaise guerre

Auteur : King Michael S. Ouvrage : La mauvaise guerre La vérité jamais dite sur la seconde guerre...

Lire la suite

Vivas Maxime - La face cachée de Reporters sans frontières

Auteur : Vivas Maxime Ouvrage : La face cachée de Reporters sans frontières De la CIA aux faucons...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque...

Lire la suite

Le livre noir de l'occupation israélienne

Auteur : Breakingthe Silence Ouvrage : Le livre noir de l'occupation israélienne Les soldats...

Lire la suite

D'Hauterive Ernest - Le merveilleux au XVIIIe siècle

Auteur : D'Hauterive Ernest Ouvrage : Le merveilleux au XVIIIe siècle Année : 1902 Lien de...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book