Acheter

Aulard François-Alphonse - Le culte de la Raison et le culte de l'Etre suprème (1793-1794) Essai historique


Auteur : Aulard François-Alphonse
Ouvrage : Le culte de la Raison et le culte de l'Etre suprème (1793-1794) Essai historique
Année : 1892

Lien de téléchargement : Aulard_Francois-Alphonse_-_Le_culte_de_la_Raison_et_le_culte_de_l_Etre_supreme_1793-1794_Essai_historique.zip

AVANT-PROPOS. On sait qu'en Fan II la France révolutionnaire essaya, sans y réussir, d'abolir la religion chrétienne au moyen du culte de la Raison, puis de la remplacer par le culte de l'Être suprême. Cette tentative étonna, en l'effrayant, l'Europe d'alors ; mais, comme elle a échoué, on la trouva ensuite plus scandaleuse qu'intéressante, et il a été de bon goût de présenter le culte de la Raison et le culte de l'Être suprême comme une des plus sottes aberrations du délire révolutionnaire. Des écrivains sont venus qui ont réagi contre ces jugements trop sommaires : les uns ont cru voir dans l'hébertisme antichrétien l'heureuse réalisation de la pensée de l'Encyclopédie ; les autres ont présenté le déisme robespierriste comme la religion qui convenait alors et qui conviendrait encore aujourd'hui à notre race. Le plus vrai (sinon le plus exact) des historiens de la Révolution, Michelet, a pensé que ni la sécheresse du culte de la Raison ni la froideur du culte de l'Être suprême ne convenaient aux fils du XVIIIe siècle, et, dans cette tête pleine de Diderot, dans ce cœur amoureux de la France, s'est formée l'idée d'une religion de la patrie et de l'humanité, religion dont l'esprit, s'il avait prévalu dans la politique des gouvernants, comme il vivait secrètement, selon Michelet, dans l'instinct populaire, eût fécondé la Révolution, eût orienté l'âme française dans un sens conforme à son génie et eût peut-être rayonné sur le monde. L'investigation pénétrante d'Edgar Quinet est arrivée à de tout autres résultats. Ce penseur ne s'est point scandalisé de l'impiété de nos pères, et cependant il n'a pas rêvé le triomphe de la libre pensée. Tout en accusant les révolutionnaires de timidité française, tout en se moquant des hésitations de ces Polyeuctes prudents, qui insultaient le dogme et en avaient trop peur pour le détruire ou le changer vraiment, Edgar Quinet leur reproche de n'avoir pas demandé au christianisme même la religion des temps nouveaux. Et quelle est la conclusion implicite de tant de railleries éloquentes sur la servitude intellectuelle d'un Hébert ou d'un Robespierre? C'est qu'il eût fallu se borner à convertir la France de la Révolution au protestantisme. ...

2646 lectures

Voir aussi

Haupt Jean - Le procès de la démocratie

Auteur : Haupt Jean Ouvrage : Le procès de la démocratie Année : 1971 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Delcroix Monique - Dreyfus-Esterhazy Réfutation de la vulgate

Auteur : Delcroix Monique Ouvrage : Dreyfus-Esterhazy Réfutation de la vulgate Année : 2000 Lien de...

Lire la suite

De Montréal Bernard - Bernard de Montréal en conférence publique avec Richard Glenn et François Payotte

Auteur : De Montréal Bernard Ouvrage : Bernard de Montréal en conférence publique avec Richard...

Lire la suite

D'Atremont H. - Le tombeau de la pauvreté

Auteur : D'Atremont H. Ouvrage : Le tombeau de la pauvreté Année : 1681 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

De Montréal Bernard - Bernard de Montréal transmet la psychologie évolutionnaire

Auteur : De Montréal Bernard Ouvrage : Bernard de Montréal transmet la psychologie évolutionnaire...

Lire la suite

Barmâ Huginus à - Le règne de Saturne changé en siècle d'or

Auteur : Barmâ Huginus à Ouvrage : Le règne de Saturne changé en siècle d'or Année : 16** Lien de...

Lire la suite

De Montréal Bernard - Série communication préparatoire Transcriptions no 221 à 240

Auteur : De Montréal Bernard Ouvrage : Série communication préparatoire Transcriptions no 221 à 240...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book