Acheter

Bourre Jean-Paul - Le sang, la mort et le diable


Auteur : Bourre Jean-Paul
Ouvrage : Le sang, la mort et le diable
Année : 1985

Lien de téléchargement : Bourre_Jean-Paul_-_Le_sang_la_mort_et_le_diable.zip

Prélude: « Notre hérédité est souvenir. Conscience monstrueuse, aujourd’hui tristesse monstrueuse » Sophie SCHALLENBERG. J’ai longtemps habité un village d’Avergne. Sur les hauts plateaux la mort n’a rien d’une visite exceptionnelle. On est censé vivre un certains temps, c’est tout. Cela pour vous dire qu’il n’y a aucun risque à s’enfoncer l’aiguillon du diable dans la tete, à en faire sortir des colonnes de feu, même si les paysans du coin vous clouent sur la porte d’une grange, pour sorcellerie. Je suis mort de nombreuses fois. Je sais de quoi je parle. Ma réputation fantasmagorique n’est plus à établir. Dès 1965, j’ai fait la connaissance psychédélique du diable, en quelque cinq cent microgrammes d’acide. L’expérience des hallucinogènes - comme le L.S.D. - avait ouvert une brèche dans les vieilles habitudes. On croyait que tout était possible, que l’univers était un bouillonnement de forces, d’énergies, que rien n’existait, en dehors de cette danse incroyable, et que les dieux et les démons nous offraient d’autres voyages, plus haut, plus loin. La monstrueuse sensation se réveille un jour, avec le besoin de grands espaces, c’est à dire la passion de chercher, de découvrir, d’explorer, en se plaçant en insécurité, en devenant adepte du mystère. L’aventure est belle, terrible et noire. Elle accepte le désir, l'excitation du corps. Une sorte de mémoire antédiluvienne submerge la conscience quotidienne. On sent le corps couvert d’écailles, la bouche pleine de racine, comme un dinosaure de la préhistoire. Ce vertige est terrifiant. Il communique une lucidité diabolique. Le voilà le pouvoir que donne le diable! Un élargissement démentiel de la conscience, du cerveau, de la mémoire. Cette sensation n’est pas toujours agréable. Elle te place au bord du vertige, provoque des transes, des insomnies. Les nerfs s’allument, s’aiguisent, tissent un réseau d’électricité qui brule, dévore. Certains jours, ça fait mal. Quelque chose lutte en toi. C’est comme un animal à fourrure blanche qui essaie de sortir, d’échapper au piège. Il a des larmes dans les yeux. Sa présence nous rend triste. Il ressemble à l’enfance, et il va mourir simplement parce que tu l’as voulu, et que tu as préféré la perversion splendide. Mais comment vivre cette lucidité sans risquer de se retrouver dans la peau d’un Charles Manson, le couteau sacrificateur dans la main, du L.S.D. plein les neurones, avec l’envie de foutre en l’air le premier commandement de Dieu? Pour certains types à la cervelle fragile, il suffit d’écouter des groupes rock comme A.C.D.C. ou Black - Sabbath pour faire la révolution diabolique en trente secondes, et brandir un couteau pour aller poignarder le premier venu, au nom du diable. Mauvais contrôle. Affronter les ténèbres en soi demande lucidité et recul sur toutes nos émotions... sinon, la haine du voisin, ou le désir de régler des comptes avec ton patron, ta concierge ou le flic du coin deviendra très vite une spirale délirante avec le meurtre au bout... toujours au nom du diable. Je considère la haine et le meurtre comme un lamentable échec, la preuve de la misère de l’homme qui souffre, et an cherche à s'anéantir en anéantissant l’autre. Les cultes rendus aux forces des ténèbres font de toi le seul sacrificateur et le sacrifié. Cette plongée dans les contradictions de l'âme humaine te rapproche de toi-même, c’est à dire d’une horreur centrale, un trou noir magnétique qui est comme une sorte de vampire suprême. Rien d’autre au bout du voyage... et tu sais bien que tu peux devenir irrémédiablement fou, à force de méditer sur l’énigme de l’univers et le secret de la mort. Dans mon sac de voyage, j’ai de nombreuses panoplies pour l'âme, au milieu des bouquins de magie, des pentacles et des boites de pilules: Dracula, sa cape doublée de rouge, Giles de Rais et sa cotte de mailles noires, le pourpoint vert émeraude du docteur Faust, les bottes de fourrure d’Attila, le fléau de Dieu, le couteau qui servi à l’un des Hell’s Angels du festival d’Atalmont, cette fameuse nuit sanglante au cours de laquelle les Rolling Stones chantèrent « Sympathy for the Devil », le fume cigarette noir de Jim Morisson, avec lequel il fumait « l’herbe du diable »... il ne manque rien dans cette valise fantasmagorique. C’est avec elle que je passe les frontières. De l’autre coté, dans chaque ville d’Europe, il y a les frères, les adeptes de la Renaissance Noire, alchimistes, sorciers, kabbalistes, fouilleurs de mystères, futurs vampires. La horde. Le retour des loups, avec les grands froids, intacts, intouchables, comme le dieu serpent des Mayas, dans sa cuirasse de plumes noires... Ils étaient déjà là, dans la Califonie des années soixante, à vivre l’Apocalypse, la fin du monde sur fond de rock’n roll, jouissant de leurs vision, la nuit, en cognant sur des tambours de peau à la lueur des feux. Les étendards magiques flottaient sur les champs de toile, à Stonehenge ou à Glastonbury, tandis que Jimi Hendrix balançait des fleuves d’électricité. Tous les types qui ont couru la route dans les années soixante / soixante dix, savent de quoi je veux parler: Révolution Mentale! Se faire un nouveau regard, pour piger le monde derrière l’écorce - devenir sorcier... et pas de frime là dedans. Le parachutage sur les hauteurs monastiques, à grands coups d’électricité. « Aplanir les chemins du Seigneur! » gueulait mon vielle ami Christian Taché (Christian Taché, ami de l’auteur et membre du groupe « les Fils du Feu ». il s’est immolé par le feu dans les jardins de la mairie de Chamalières, avant de s’asperger d’essence et de craquer une allumette en riant, simplement pour aller voir plus loin. Et sais-tu qui est le Seigneur? Eh bien, c’est ce monde, ce foutu univers, enflammé / incendié de l’intérieur, jetant des flammes de Vie (c’est ça la Pentecôte, la Vraie, le Saint Esprit), capable de faire pivoter la conscience sur trois cent soixante degrés, la fameuse révolution magique qui a explosé avec Faust, Crowley, Dylan, Kesey et les sorciers indiens. J’ai fait des rituels dans les cimetières, écris des livres, organisé des congrès lucifériens, suis intervenu dans des émissions de T.V., comme « les dossiers de l’écran », pour parler du Diable, en vêtement noirs, prêt à pourfendre les fonctionnaires de la bonne conscience... et j’en suis revenu, triste et fatigué, me murmurant à moi même, presque comme une psalmodie: « Quitte cette basse cour. Tu as devant toi toute la pagaille du monde. Bon, tu as déjà vu ça un millier de fois. Ces mecs ressemblent aux flots de pétrole qui s’échappent d’un tanker éventré. Noirs, gluants, se répandant partout ». J’ai connu le dieux des tombeaux. Il se nourrit de l’angoisse et du vertige, pour vivre. A l’heure où j’écris ces lignes, des torches se déplacent sur les collines. Elles seules disent la présence de la mort, sa renaissance noire au milieu des villes incendiées. C’est là le jeu du fou sacré, qui descend aux enfers pour arracher un à un les masques de la vie et de la mort... jusqu’au vide splendide rempli de folie et de beauté: le crane d’os que le prince Hamlet élève au-dessus des tombes, comme une couronne. ...

3057 lectures

Voir aussi

Biglino Mauro - Le Dieu de la bible vient des étoiles

Auteur : Biglino Mauro Ouvrage : Le Dieu de la bible vient des étoiles De la traduction littérale...

Lire la suite

De Figanières Louis Michel - Clé de la vie

Auteur : De Figanières Louis Michel Ouvrage : Clé de la vie L'homme, la nature, les mondes, Dieu,...

Lire la suite

Zündel Ernst - La véritable histoire des relations entre allemands et juifs

Auteur : Zündel Ernst Ouvrage : La véritable histoire des relations entre allemands et juifs Année...

Lire la suite

Pemjean Lucien - La paix nécessaire

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : La paix nécessaire Réponse à M. Camille Dreyfus Année : 1896 Lien...

Lire la suite

Pemjean Lucien - Petite Madone

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : Petite Madone Année : 1926 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Pemjean Lucien - Cent ans après 1789-1889

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : Cent ans après 1789-1889 Année : 1889 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Du Laurens De La Barre Ernest - Nouveaux fantômes bretons

Auteur : Du Laurens De La Barre Ernest Ouvrage : Nouveaux fantômes bretons Contes, légendes et...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book