Acheter

Les cahiers de l'adepte numéro 2


Auteur : Anonymes
Ouvrage : Les cahiers de l'adepte numéro 2
Année : 1991

Lien de téléchargement : Les_cahiers_de_l_adepte_numero_2.zip

Samedi 3 septembre 1966. Disons le tout net: j'étais puceau. J'avais beau m'en défendre devant mes camarades de classe, laisser volontiers croire que j'avais obtenu les faveurs de telle ou telle de mes amies, mes seuls rapports avec les filles s'étaient jusqu'alors limités à des flirts un peu poussés. Je n'avais même jamais vu un sexe de femme (de femme et non de petite fille) autrement que sur les photos d'un livre de médecine que j'avais subrepticement consulté, un jour que je me rendis (pour préparer un exposé) chez un de mes condisciples dont le père est médecin. Il me tardait d'avoir moi aussi ma part du grand mystère de l'amour, et je dois dire que cette attente me perturbait beaucoup. Par exemple, lorsque je m'entraînais suivant les conseils de D. à méditer sur les lames du tarot de Marseille, de nombreuses images de nature sexuelle venaient fréquemment s'insinuer dans ma concentration. Eh bien, depuis ces dernières vacances, c'est fait. J'ai perdu mon pucelage. J'ai rencontré Sylvie sur la plage, flanquée de deux petits frères dont elle avait la garde. Elle m'a tout de suite plu, mais je ne savais comment l'approcher sans lui donner l'impression que je la draguais. Ce sont les petits frères qui m'y ont aidé sans le savoir. Je posais chaque jour ma serviette de bain systématiquement à côté d'eux. Ils étaient turbulents, empiétaient sur mon espace vital, me posaient d'innombrables questions auxquelles je ne savais pas toujours répondre, m'invitaient à les aider à terminer leur château de sable, ou bien encore à nous battre avec des épées de fortune. Sylvie me priait de les excuser. Je répondais que ce n'était rien (et, effectivement, pour attirer de manière détournée son attention, j'eusse consenti à montrer des trésors de patience à l'égard des deux mouflets). Je remarquai qu'elle fumait des "Craven Il à bout doré. J'en achetai un paquet, ce qui me permit de lui en offrir et de frôler ses mains en lui donnant du feu. Elle lisait "Voyage au bout de la nuit" de Céline. Je dévorai ce livre en quelques soirées, et revint à la plage en portant ostensiblement "Mort à crédit". Je pus ainsi engager la conversation sur le plan littéraire. Je me vantais alors d'être un grand amateur - presque un spécialiste de littérature en général, de poésie en particulier. Et pour donner corps à mes assertions, j'entrepris de lui réciter "Correspondances" de Baudelaire et "Voyelles" de Rimbaud, en ne manquant pas de les commenter abondamment, reprenant presque mot pour mot les paroles de D. J'avais éveillé son attention. Le reste fut plus facile. Le soir du 14 août, la municipalité organisait un bal sur la place du village. Je lui donnai rendez-vous, elle y vint. Premières danses, premiers slows et premiers baisers. J'ai oublié de le dire : elle a deux ans de plus que moi; elle est étudiante. C'est elle qui ensuite a pris l'initiative. Elle m'a proposé un soir une promenade au clair de lune. Nous avons fait l'amour dans les collines boisées qui jouxtent la plage. C'était le dimanche 21 août. Nous nous sommes revus et aimés, tous les jours. Je nageais dans le bonheur. Le vendredi 26, je lui fis mes adieux (mes parents repartaient le lendemain vers le nord). Je lui communiquai mon adresse. Elle refusa de me donner la sienne. Ce furent, me dit -elle, des amours de vacances. Mais nous vivions trop loin l'un de l'autre. Elle allait bientôt reprendre son métier de surveillante dans un lycée, et ses cours en fac. Je ne devais pas me faire d'illusions. Juste garder un bon souvenir. Je suis parti la mort dans l'âme. Mes parents firent semblant de ne rien remarquer. Mais je compris à certains regards qu'ils me lançaient à la dérobée, qu'ils avaient tout compris. J'ai échangé une obsession pour une autre. Je ne brûle plus de connaître le mystère. Je me languis de son visage, de sa voix, de ses yeux, de ses lèvres et de son corps. De retour de vacances, je trouvai la lettre suivante de D. : "Je suis momentanément absent. J'aimerais que tu déposes dans ma boîte aux lettres, l'ensemble des cahiers, afin que je puisse les relire avant notre prochaine entrevue. Je t'espère en pleine forme. Au samedi 3 septembre. " Je m'exécutai, et rongeai mon frein dans l'attente de ce prochain rendez-vous. ...

3883 lectures

Voir aussi

Markale Jean - Halloween

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Halloween Histoire et traditions Année : 2000 Lien de...

Lire la suite

Markale Jean - Druides et chamanes

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Druides et chamanes Année : 2005 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

De Poncins Léon - L'Autriche Juive

Auteur : De Poncins Léon Ouvrage : L'Autriche Juive Année : 1938 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Batault Georges - Comment meurt une nation

Auteur : Batault Georges Ouvrage : Comment meurt une nation Année : 1938 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Christophersen Thies - Le mensonge d'Auschwitz

Auteur : Christophersen Thies Ouvrage : Le mensonge d'Auschwitz Année : 2013 Lien de téléchargement...

Lire la suite

Markale Jean - Brocéliande et l'énigme du Graal

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Brocéliande et l'énigme du Graal Année : 1989 Lien de...

Lire la suite

Markale Jean - Anne de Bretagne

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Anne de Bretagne Année : 1980 Lien de téléchargement :...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book