Auteur : Van Helsing Jan (Holey Jan Udo)
Ouvrage : Les Sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle. Un fil conducteur à travers l'enchevêtrement des loges de la haute finance et de la politique. Commission trilaterale, Bilderberger, CFR, ONU.
Année : 1995

Lien de téléchargement : Van_Helsing_Jan_-_Les_Societes_secretes_et_leur_pouvoir_au_20eme_siecle.zip

Cher lecteur, bonjour, La vie d’un éditeur est passionnante. Il n’est jamais à l’abri de surprises. Je reçus, à l’automne 1993, l’appel d’un jeune homme qui ne voulait pas me dire son nom. Il venait de rédiger un livre qui allait faire l’effet d’une bombe. Il était à la recherche d’un éditeur mais voulait garder l’anonymat. Je lui donnai mon accord et le priai de m’envoyer son manuscrit. Quelques jours plus tard, je reçus par la poste une disquette accompagnée d’une somme d’argent. Aucun nom d’expéditeur. Il y avait aussi une lettre que vous pourrez lire dans les pages suivantes. J’imprimai aussitôt le texte, le lus avec grand intérêt et d’un seul trait. Arrivé à la fin de ma lecture, j’étais ébranlé. J’étais, pourtant, déjà au courant de machinations ourdies dans certains cercles de notre bonne société. Il ne m’a pas été possible, évidemment, de vérifier l’exactitude de ce qui se trouve écrit dans ce livre mais si seulement une partie correspond à la vérité, je comprends pourquoi il y a tant de misère sur notre planète, pourquoi la plupart des hommes vivent dans une extrême pauvreté, et je comprends aussi pourquoi la richesse globale et toute la puissance de notre terre se trouvent entre les mains de quelques personnes sans scrupule. Nul ne peut ignorer ce livre ! Cordialement K.D. Ewert-Gamalo Tiozon. Cher Monsieur Ewert, Il y a un an environ, un ami me fit connaître votre magazine ‘‘resolut‘‘. Je fus surpris d’y trouver la publication de nombreux livres critiques touchant a des domaines bien différents. Je suis impressionné par votre courage, il en faut pour offrir si librement ces livres ainsi que votre ‘‘réalisation à énergie libre‘‘. Si j’ai bien compris en lisant votre revue ‘‘resolut‘‘, il vous est possible de publier des oeuvres de débutants, à condition que ces ouvrages soient convaincants et que leur auteur participe au financement. Je vous envoie donc avec cette disquette mon manuscrit qui a pour titre ‘‘Les sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle‘‘. Vous allez certainement vous demander comment j’ai obtenu toutes ces informations. A vrai dire, c’est en cherchant autre chose que je suis tombé sur le thème ‘‘loges secrètes et politique‘‘. Vous devez savoir que toute la matière, depuis le microcosme jusqu’au macrocosme, est maintenue telle quelle grâce à des forces électromagnétiques. Si on trouve le moyen d’intervenir dans l’action de ces forces électromagnétiques et de les modifier, on peut d’une part agir sur la matière et d’autre part sur le temps. Il y a deux façons d’y parvenir : avec ou sans machines. Il s’agit de disques volants antigravitationnels qu’on appelle communément ovnis et qui peuvent manoeuvrer indépendamment de notre champ magnétique terrestre grâce au champ magnétique qu’ils génèrent (antigravitation) et de modules espace-temps. D’autres machines qui se branchent sur ces champs électromagnétiques et peuvent les transformer en énergie utilisable sont connues sous le nom de ‘‘machines à énergie libre‘‘ (par ex. les convertisseurs de tachyons, les moteurs espace-quanta). Des hommes qui peuvent modifier la matière par une rotation consciente de leur propre champ magnétique ou ‘‘merkabah‘‘ sont connus comme ‘‘avatars‘‘ (le plus connu dans le monde occidental fut Yeshua ben Joseph = Jésus, qui fut un maître parmi eux). Il leur est possible de créer directement à partir de l’éther (matérialisation), de transformer la matière, par ex. de changer l’eau en vin ou le plomb en or (alchimie), d’annuler la pesanteur, de planer ou de marcher sur l’eau (lévitation), de se déplacer sans perdre de temps d’un pays à l’autre (téléportation), de guérir spontanément en modifiant la structure cellulaire, etc. J’ai eu le privilège de recevoir une éducation spirituelle, j’ai donc pu, déjà assez tôt, programmer dans un but précis mon inconscient, vivre en accord avec les lois cosmiques et développer ma clairvoyance. Et, selon la loi de résonance, j’ai commencé à attirer vers moi des personnes qui avaient la même démarche que moi. J’ai 26 ans, j’ai parcouru les cinq continents et dans presque chaque pays, j’ai pu voir les machines décrites ci-dessus et rencontrer des avatars. En Nouvelle-Zélande, pour ne parler que ce pays, je fis la connaissance de plusieurs personnes qui s’y étaient réfugiées : elles commençaient à avoir des sérieux problèmes avec les lobbies du pétrole et de l’électricité en Europe, car elles avaient réalisé des dispositifs à énergie libre ou des disques volants antigravitationnels. Je commençais alors à me demander pourquoi nous ne savons rien de ces technologies et pourquoi l’Église quand on parle d’avatars prononce aussitôt le mot de miracle. Pourquoi l’Église fait-elle de Jésus et Bouddha des fils de Dieu alors qu’ils n’ont fait qu’utiliser des lois très claires, à la portée de quiconque sur cette planète ? C’est ainsi que j’ai découvert peu à peu pour quelles raisons ces choses ne sont pas divulguées, soit ceux qui y sont impliqués font en sorte que ces sujets n’émergent jamais dans les médias ou soient tournés en ridicule, soit ils n’hésitent pas à supprimer des vies pour empêcher toute publication sur ce sujet. Je n’ai réalisé que plus tard que ces choses-là doivent être prises au sérieux : Un de mes amis, fermier dans l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, découvrit un terrain militaire où l’u s Air-Force testait des soucoupes volantes. Il fut trouvé assassiné avec un autre témoin oculaire au pied d’une falaise à peine cinq heures plus tard, juste après avoir partagé sa découverte. Quant à moi, j’ai rencontré des membres de la c i a , de la Naval Intelligence et du b n d (service Fédéral de renseignements) qui étaient ou sont encore impliqués dans de tels projets. Beaucoup parmi eux ne veulent plus collaborer à ce jeu meurtrier mais ils n’ont pas le courage de ne plus y participer, car ils ont peur pour leur vie, et certainement à raison, si jamais ils laissent filtrer des renseignements. J’ai rassemblé dans ce livre des informations semblables et d’autres, de nature toute aussi ‘‘secrète‘‘, sur lesquelles je suis ‘‘tombé‘‘ au cours de mes recherches. Tout ceci est imbriqué dans un réseau de sociétés secrètes, de religion, de haute finance et de politique. Quant à moi, je me sens souvent tiraillé, soit j’ai l’impression d’être la victime d’une impuissance affreuse que je partage avec ceux de mon âge et qui fait que parmi nous beaucoup de jeunes se réfugient dans l’ambiance no future, soit je relève le défi qui me pousse à affronter cette folie. Je trouve une aide dans les lois spirituelles et les moyens de développement personnel qui nous sont proposés et qui sont très efficaces, tout en m’efforçant de garder un esprit neuf, sincère et sans préjugé. Il nous incombe à nous, éditeur et auteur, d’éveiller les autres. Certes, seule la jeune génération actuelle de cette humanité, qui s’est fourvoyée depuis si longtemps, peut apporter une transformation sur notre planète Terre si maltraitée. J’ai reçu plusieurs fois maints graves avertissements afin que je ne me présente pas personnellement dans ce livre où je m’oppose aux puissances établies : je vous envoie donc mon manuscrit sans adresse d’expéditeur dans l’espoir que sa teneur puisse vous convaincre et que vous puissiez le publier sous mon pseudonyme. Dans ces conditions, je serais prêt à renoncer à toute rétribution. A ce livre je souhaite rayonnement et succès, qu’il soit sous les auspices bienveillants de forces spirituelles positives ! Je vous adresse, Monsieur Ewert, tous mes remerciements. Recevez force et protection pour votre tâche qui est au service de la vérité. Jan van Helsing. Préface. Essayez d’imaginer un instant que vous êtes un extra-terrestre. Vous venez de parcourir des années-lumière avec votre vaisseau spatial et vous vous dirigez vers la planète Terre. Votre mission est d’explorer cette planète, de prendre contact avec ses habitants pour échanger savoir et informations à tous niveaux. Si tout se passe pour le mieux, si vous arrivez à la conviction que ses habitants sont honnêtes et prêts à tout pour la paix, la Terre pourrait alors être admise à la Fédération intergalactique. C’est en tout esprit d’ouverture que des contacts pourraient alors avoir lieu avec les habitants d’autres planètes, La conscience terrestre progresserait nettement, cet avancement toucherait aussi les domaines de la technologie et de la santé. Vous voilà propulsé dans l’orbite terrestre, allumez donc votre moniteur et branchez-vous au hasard sur les ondes. Vous captez aussitôt un poste émetteur d’informations qui transmet ce qui se passe sur Terre. Mais alors vous réalisez que vous vous trouvez sur une planète guerrière où les habitants se battent non contre une planète ennemie mais bien entre eux depuis des millénaires, ce que vous étiez à mille lieues d’imaginer ! Première constatation : aucun concept ne peut justifier ces guerres puisque les uns se battent au nom de leur foi, d’autres pour la couleur de leur peau. Certains ne sont pas satisfaits de la superficie de leur pays, d’autres combattent pour pouvoir survivre puisqu’ils n’ont rien à manger. Certains n’ont de cesse de penser à l’argent mais, pour la plupart, chacun ne pense qu’à soi. Vous vous rendez donc compte que cette planète n’est pas du tout mûre pour recevoir les informations et la technologie que vous avez à lui offrir, Quel que soit le pays où vous atterrissiez, il est sûr et certain que vos cadeaux ne serviraient pas le bien de tous les habitants de la Terre mais seulement les intérêts égoïstes des dirigeants de chaque pays. Il est possible que vous songiez alors à votre planète natale au temps où elle était, elle aussi, en guerre. C’est sûr, c’était il y a des millénaires, et ce scénario vous ne désirez pas du tout le revivre pour devoir constater qu’en plus, on a lancé des ‘‘missiles‘‘ sur votre vaisseau spatial. Votre décision est alors prise : vous préférez rendre visite à une autre planète. Vous aussi, vous êtes-vous déjà posé cette question : ‘‘Pourquoi les hommes se font-ils sans arrêt la guerre‘‘ ? Le savant suisse Jean-Jacques Babel a constaté que depuis les 56 derniers siècles, l’humanité a mené 14.500 guerres qui ont provoqué trois milliards et demi de morts. Cela représente la moitié de la population mondiale d’aujourd’hui. Pour la seule année 1991 on a par exemple enregistré 52 guerres ou foyers de crise sur notre Terre. Cela signifie qu’après d’innombrables conflits sur cette planète dont deux guerres mondiales en un siècle, cette année-là a vu 104 idéologies s’opposer dont la requête était manifestement assez importante pour justifier à nouveau le massacre de plusieurs millions d’hommes. Quel but sous-tend donc la guerre entre les hommes ? Le sujet de la guerre est depuis des siècles le casse-tête des organisations de la paix mais aussi des philosophes. Ils en sont venus à la conclusion que presque toutes les créatures de la Terre s’affrontent régulièrement par manque de nourriture et de territoire, On ne peut tout de même pas imputer à l’homme l’agressivité des animaux entre eux, car celui-ci possède, en plus, au moins une intelligence, une conscience et une éthique. Que l’on pense à la différence qui existe entre deux bêtes de proie qui se battent pour un butin, et des multinationales d’armement qui ne vivent que de la vente d’armes et donc que de crises permanentes. Que le ‘‘combat pour la vie‘‘ puisse servir de distraction, nous le savons depuis l’antique Rome où, sous la devise ‘‘panem et circences‘‘, (‘‘Le pain et les jeux distraient le peuple‘‘), des gladiateurs combattaient entre eux, ce qui faisait la joie de la plèbe et l’empêchait de s’appesantir sur sa propre impuissance. C’est le même principe qui sous-tend, aujourd’hui, la télévision, la vidéo et les grands matchs de football : on donne au citoyen superficiel la possibilité d’échapper au néant et au poids pesant de son existence. De quoi nous détournent donc les médias ? C’est à nous demander de quoi nous prendrions conscience si nous n’étions constamment distraits de nous-mêmes. Il n’est pas nouveau qu’un ‘‘tiers‘‘ tire avantage de la guerre que se font deux autres pays. Il est bien connu que ‘‘lorsque deux personnes se disputent, la troisième s’en réjouit‘‘. Transposons ce dicton à un pays ou à notre planète entière, et nous en verrons le bien-fondé. Les systèmes bancaires, par exemple, qui accordent un prêt à un pays belligérant ont tout intérêt à ce que la guerre ne prenne pas fin trop vite. C’est par des guerres et des troubles qu’on peut pousser un peuple à accepter et même à souhaiter que naissent des institutions auxquelles il n’aurait jamais spontanément consenti (par ex. l’o t a n, l’o n u). Cependant, pour ceux qui ne s’y intéressent pas spécialement (excluons les morts), il n’y a, à vrai dire, pas de relation entre les guerres des derniers siècles. Serait-il possible qu’il n’y ait pas que l’industrie de l’armement qui tire profil des guerres ? Qu’est-ce qui pousse donc les hommes à se haïr indéfiniment jusqu’à tuer leurs propres congénères ? Qu’est-ce qui est assez important pour nous pousser à exterminer une vie ? N’avons-nous donc rien appris de ces centaines de millions d’hommes morts à la guerre et de la souffrance qui en a résulté ? Prenons l’exemple de l’ex-Yougoslavie où depuis des décennies plusieurs peuples vivaient en paix et où ceux-ci viennent de s’égorger. Qu’est-ce qui pousse ces hommes à considérer soudainement comme leurs pires ennemis leurs frères qui vivaient dans le même village, parlaient la même langue, qui portaient les mêmes vêtements, qui partageaient les mêmes amours, les mêmes joies, les pleurs et les rires ? Qu’est-ce qui fait qu’ils égorgent leurs enfants, violent leurs femmes et leurs mères, envoyant leurs maris en camp de concentration ? Cela n’évoque-t-il rien pour nous ? Est-ce que ce sont vraiment des motifs idéologiques propres à certains groupements qui ont causé cette guerre ou bien faut-il trouver qui se tient en coulisse ? Qui pourrait assumer le rôle du tiers ? D’où vient donc cette idée préconçue de l’adversaire, inculquée à l’homme par les religions, les livres scolaires et les mass media ? Quels buts ont ces êtres qui sont à la base de cette idée et nous la suggèrent constamment ? A qui pourrait profiter la haine croissante et la dégénérescence de l’humanité ? Peut-être à Satan, Lucifer, Arimane, Baphomet ou à d’autres, à des entités ‘‘insaisissables‘‘ à qui on ferait volontiers porter la faute ? Dans ce livre nous raconterons l’histoire de quelques personnages bien tangibles qui, en 1773, établirent un projet à Francfort dans une maison de la ‘‘Judenstrasse‘‘ (rue Juive). Ils voulaient préparer la voie pour leur ‘‘Gouvernement mondial unique‘‘ jusqu’en l’an 2000 au moyen de trois guerres mondiales. Un projet parfaitement élaboré, basé sur les faiblesses et les peurs des hommes et qui finirait par se retourner contre eux. Le but d’un gouvernement mondial n’a en soi rien de nouveau puisque le Vatican tient toujours à faire de notre monde un monde catholique. Pour cette raison, il a fait torturer et massacrer des millions d’hommes, comme nous le prouve l’histoire. L’Islam s’est donné le même but ; étant la plus grande et la plus fanatique des religions, il en a toutes les opportunités. N’oublions pas que l’idéologie russe ‘‘panslaviste‘‘ instaurée à l’origine par Guillaume le Grand, exigeait l’élimination de l’Allemagne et de l’Autriche pour annexer l’Inde et la Perse après avoir mis le joug sur l’Europe. Notons aussi l’idéologie de l’‘‘Asie aux Asiatiques‘‘ qui réclame que la Confédération des États asiatiques soit sous le contrôle du Japon. Remarquons aussi l’idéologie ‘‘pangermaniste‘‘ qui prévoit un contrôle de l’Europe par l’Allemagne pour l’élargir, plus tard, au reste du monde. Cependant, les personnes dont il est question dans ce livre n’ont absolument rien à voir avec un quelconque dogme et n’appartiennent à aucune nation. Elles ne sont ni de gauche, ni de droite, ni libérales mais utilisent toutes les institutions pour poursuivre leurs buts. Certes, elles font partie d’une quelconque organisation mais juste pour rendre difficiles d’éventuelles enquêtes, pour créer la confusion chez les ‘‘curieux‘‘ et les attirer ainsi sur une fausse piste. Ces personnes se Servent des chrétiens comme des Juifs, des fascistes comme des communistes, des sionistes comme des mormons, des athées comme des satanistes, des pauvres comme des riches, de tous ! Mais elles se servent surtout des ignorants, des paresseux, de ceux qui se désintéressent de la vie et de ceux qui n’ont pas d’esprit critique. Entre initiés, les personnes citées ci-dessus s’appellent les ‘‘illuminati‘‘ (les illuminés, ceux qui savent), Big Brother, le gouvernement invisible, les hommes gris, le gouvernement de l’ombre, le gouvernement secret, l’establishment. Selon mes sources, les agissements des ‘‘Illuminati‘‘ sur Terre remontent a environ 3.000 siècles av. J. C. quand ils infiltrèrent la ‘‘Fraternité du serpent‘‘ en Mésopotamie, dont ils se servirent à des fins négatives. Il est plus que probable, il est même pratiquement sûr que ce drame a débuté longtemps avant la période mentionnée ci-dessus. si ce n’est à l’époque où ‘‘l’ego‘‘ s’est développé. Nous pouvons faire remonter cet événement à une période précise de l’histoire simplement grâce à l’action de la ‘‘Fraternité du serpent‘‘. Ce n’est qu’après 3000 générations que lui succédèrent d’autres groupements, tels que les Juifs, les chrétiens, les francs-maçons ou d’autres communautés religieuses que nous connaissons. Comme on peut le constater facilement à la lecture de ce livre, quelques membres de la communauté sioniste ont, entre autres, colporté jusqu’à aujourd’hui ce jeu dont ils ne sont ni les tenants ni les aboutissants. Ce qui a commencé jadis fonctionne encore selon les mêmes modalités, Il nous suffit donc de regarder la situation présente pour voir où se trouve le problème. On peut certes rattacher le système de pensée ou de foi des ‘‘illuminati‘‘ à celui de ‘‘machiavel‘‘ (le machiavélisme ou la justification d’une politique de pouvoir dépourvue de normes éthiques et, par conséquent, de tout scrupule politique). Voici un petit exemple, celui du pouvoir : Imaginons que vous êtes le nouveau roi d’un pays et que vous voulez avoir l’assurance de le rester. Alors vous convoquez séparément deux personnes dont vous êtes certain qu’elles feront ce que vous leur direz. A l’une vous donnez des directives ‘‘de gauche‘‘ et la financez pour qu’elle puisse créer un parti. Avec l’autre vous agissez de même en lui faisant créer un parti de ‘‘droite‘‘. Vous venez de donner la vie à deux partis d’opposition, vous financez la propagande, les votes, les actions et vous êtes exactement au courant de leurs moindres plans. Ce qui signifie que vous les contrôlez tous les deux. Pour qu’un parti ait l’avantage sur l’autre, vous n’avez qu’à lui donner plus d’argent. Les deux chefs de parti croient vous avoir à leur côté et vous êtes ainsi ‘‘l’ami‘‘ des deux. Le peuple est tellement pris dans ce va-et-vient entre ‘‘gauche‘‘ et ‘‘droite‘‘ qu’il ne peut lui venir à l’esprit qu’en tant que roi, vous puissiez être à l’origine de la dissension. Le peuple va même vous demander aide et conseil. Prenons un autre exemple : l’argent. Pendant la guerre de Sécession (1861-1865) les États du Nord (opposés à l’esclavage) combattaient ceux du Sud (favorables au maintien de l’esclavage). Avant la guerre, la famille Rothschild envoya des agents pour renforcer une prise de position ‘‘pour l’Union‘‘ chez les États du Nord, et en même temps d’autres agents Rothschild suscitaient une attitude ‘‘contre l’Union‘‘ chez les États du Sud. Lorsque la guerre éclata, la banque Rothschild de Londres finança les États du Nord et celle de Paris ceux du Sud. Les seuls a avoir gagné cette guerre furent les Rothschild. Résumons brièvement ce système : 1. On provoque des conflits qui font que les hommes se battent entre eux et non contre ceux qui sont à l’origine de la dissension. 2. On ne se montre pas comme le véritable instigateur. 3. On soutient tous les partis en conflit. 4. Où passe pour une ‘‘instance bienveillante‘‘ qui pourrait mettre fin au conflit. Voila le chemin suivi par les ‘‘Illuminati‘‘ qui veulent dominer le monde : provoquer autant que possible la discorde parmi les hommes et les nations sur Terre, Ceux-ci, perdus dans un flot d’informations contraires, ne pourront remonter jusqu’aux vrais instigateurs. Des sociétés secrètes internationales leur servent d’instrument puissant pour la discorde entre les hommes, nous les étudierons de plus près. Les hommes empêtrés longtemps dans des guerres finiront par en avoir assez de combattre et en viendront à ‘‘implorer‘‘ un gouvernement mondial. C’est alors que le plan devient évident. On exigera de ‘‘l’instance bienveillante‘‘ de mettre fin au conflit. Et qui joue ce rôle sur notre planète ? L’o n u ! Nous verrons qui se trouve en réalité derrière l’o n u. Les ‘‘Illuminati‘‘ dont nous parlons ne sont pas n’importe qui, ils sont les hommes les plus riches du monde. Ils n’apparaissent ni à la télévision ou dans d’autres systèmes médiatiques puisqu’ils possèdent et contrôlent seulement ces médias, mais aussi tous les services d’information. S’il arrive qu’on parle d’eux, ce n’est qu’en termes neutres ou positifs. La plus grande partie du peuple ne connaît même pas leurs noms. Même les auteurs qui ont mis à nu leurs machinations ne sont pas devenus célèbres bien qu’ils eussent mérité un prix Nobel. Réagir serait louable mais comment six milliards d’hommes peuvent-ils se défendre contre quelque chose dont ils ne connaissent même pas l’existence ? Il ne faut pas oublier non plus que presque tous les humains ont été — et sont — tellement préoccupés par leurs propres petits problèmes personnels qu’ils n’ont jamais eu la vision globale des événements de ce monde ni de leur entourage. Ou ont-ils perdu cette vision entre-temps ? La majeure partie de la civilisation actuelle souffre de ‘‘gel politique‘‘ et s’est retirée de ces événements. Ce retrait est dû à la pénurie de temps, au manque d’intérêt, de critique et de connaissances spécifiques. En se retirant, on n’y changera sûrement rien. Au contraire, ceci est voulu par nos ‘‘dirigeants‘‘. Quiconque abandonne facilite la tâche des ‘‘Illuminati‘‘. La vérité qui s’impose en premier lieu est donc d’en savoir plus sur leurs faits et gestes. Ainsi qu’un grand instructeur du monde le constatait : ‘‘Trouvez la vérité, car c’est la vérité qui vous affranchira !‘‘ On pourrait, en conséquence, diviser les hommes en trois types : 1. ceux qui agissent ; 2. ceux qui sont spectateurs des événements ; 3. ceux qui s’étonnent qu’il se soit passé quelque chose. Ce livre est ‘‘ma‘‘ participation pour amener la lumière sur une partie des événements. C’est un essai qui vise à faire savoir quels sont les agissements tenus secrets sur cette planète précisément par ceux qui tirent les ficelles. Le lecteur qui se sera reconnu dans la troisième catégorie aura plus de facilité pour passer à la deuxième et même à la première ! En tant qu’auteur de ce livre, je ne représente ni une communauté d’intérêt ou de foi ni une nation. Je suis un homme sur cette planète Terre qui revendique son droit à la liberté et au libre développement pour remplir ici son devoir. La paix entre les nations comme dans les relations humaines me tient très à coeur — j’espère qu’il en est de même pour la majorité de l’humanité — et Je considère comme ma responsabilité personnelle de donner au moins ces informations à mes concitoyens pour leur permettre de prendre position. Ce qui suit ne doit pas être avalé tout cru, comme on peut le faire quand il s’agit des stories qui sont servies quotidiennement par les médias. Je conseille à tous les esprits superficiels et à ceux qui sont satisfaits de la vie de fermer le livre à cette page. Quant aux autres, s’ils ont la capacité de se remettre en question, il se peut que ce livre les pousse à changer profondément leur attitude. Et si nous voulons trouver la vérité sans pour autant passer notre vie à la chercher, nous devons nous donner la possibilité d’examiner et d’admettre sans répit toute nouvelle information. Cela peut signifier aussi que si notre esprit est déjà rempli d’opinions établies, de points de vue, de dogmes ou d’une conception du monde bien figée, il n’y a plus de place pour une autre vérité. De plus la vérité est peut-être complètement différente de ce que nous nous imaginions. Pour cette raison, je vous prie, dès maintenant, d’avoir l’esprit ouvert. Oublions à la lecture de ce livre nos opinions pesantes en matière de religion, de politique et d’ethnie, soyons simplement comme un enfant, ouvert et capable d’apprendre. Essayons aussi de ne pas comparer ce qui est dit avec une opinion où un point de vue déjà existants. Suivons notre intuition, notre sentiment et ressentons nous-mêmes si ces informations sonnent justes même si elles finissent par nous désécuriser. Faisons fi de notre pensée routinière qui pourrait nous souffler : ‘‘Mon Dieu, si tout ça est vrai, quel sens a donc ma vie et quel rôle est donc le mien dans ce scénario ?‘‘ – Pas de panique, c’est le thème détaillé du dernier chapitre. Ce livre est un appel à chaque lecteur pour qu’il exerce son esprit critique et devienne un citoyen émancipé. Cherchez, trouvez ‘‘votre vérité‘‘ et examinez les choses sans les relier, si possible à un système de valeur. Néanmoins, je m’efforce de me limiter dans les pages suivantes à des facteurs historiques, même ceux-ci ne sont pas reconnus comme tels. Je passe outre les théories qui pourraient être les miennes pour établir une synthèse des sources qui sont nommées à la fin du livre et qui sont donc accessibles à tous. ...