Acheter

Lémann Joseph - La prépondérance juive Tome 1 Ses origines


Auteur : Lémann Joseph
Ouvrage : La prépondérance juive Tome 1 Ses origines (1789-1791)
Année : 1889

Lien de téléchargement : Lemann_Joseph_-_La_preponderance_juive_Tome_1_Ses_origines.zip

A QUI S'ADRESSE L'HOMMAGE DE CE LIVRE. I. Nous ne venons pas appeler l'attention sur la prépondérance juive, ce qui n'est plus nécessaire; encore moins la préconiser, ce qui serait un mal, mais nous venons l'expliquer. On sait vaguement qu'elle est issue de la Révolution française, mais on ignore les circonstances et les péripéties de sa genèse. Ce livre les raconte. C'est un acte de naissance que nous nous permettons de faire passer sous les yeux de M. Sadi Carnot, Président actuel de la République française, sous les yeux de l'Assemblée nationale récemment sortie des comices de septembre 1889, et sous les yeux de MM. les Membres de ces loyales Assemblées provinciales, qui, d'un bout de la France à l'autre, ont rapproché dans une belle synthèse patriotique les choses anciennes et les choses nouvelles. L'hommage s'adresse d'abord à M. Sadi Carnot, parce que le père de Monsieur le Président de la République a écrit la vie de celui qui fut le principal agent de l'émancipation juive auprès de la Constituante, du prêtre-député Grégoire. Le biographe s'est tenu dans le voisinage de la vérité plutôt que dans la vérité elle-même. Mieux renseigné par ces pages qui sollicitent l'honneur d'être lues, le chef de l'État jugera peut-être opportun de préserver le palais de l'Elysée de l'influence hébraïque que lui a léguée la maison de son père. Nous nommons ensuite, dans notre hommage, l'Assemblée nationale sortie des comices de septembre 1889, parce qu'elle se trouve rappeler, et pour le nom et pour les dates, la première assemblée française à qui incomba le fardeau de s'occuper pour la première fois de la question juive. L'expression ne semblera pas trop forte, quand on aura pris connaissance de cet ouvrage. De 1789 à 1791, l'Assemblée nationale, devenue la Constituante, eut le cauchemar de cette question. Dans l'hypothèse où l'Assemblée nationale de 1889 viendrait à en être saisie de nouveau durant sa législature qui commence (ce qui ne serait nullement impossible), il reste à savoir si elle se résignerait aux hésitations et aux perplexités de sa devancière, et si, en fin de compte, elle capitulerait, comme elle, devant les juifs. Aurions-nous pu oublier, dans notre hommage, Messieurs les membres des Assemblées provinciales de ce centenaire ? En reprenant, avec une largeur de vues et une précision admirables, toutes les questions contenues dans les cahiers de 1789, ils n'ont délibéré sur la question israélite qu'avec une extrême réserve, uniquement à propos de l'accaparement et de l'agiotage. Les documents authentiques leur manquaient pour juger, sur les autres points, l'israélitisme contemporain. Qu'ils veuillent bien nous permettre de leur présenter ces documents: ils pourront leur être utiles, si les rênes du pouvoir reviennent entre leurs mains. Les termes pleins de noblesse et de mesure qu'ils ont employés à l'égard des israélites, dans leur récente et trop courte délibération, prouvent qu'ils sauraient combattre et conjurer le péril sémitique en ne lésant pas ces deux choses saintes: les gloires de l'ancien peuple de Dieu, et le mouvement des conversions vers le catholicisme. II C'est un acte de naissance, avons-nous dit, que nous plaçons sous des yeux capables de l'apprécier. L'acte de naissance, en effet, peut se rédiger ainsi qu'il suit : LA PRÉPONDÉRANCE JUIVE Est née des Droits de l'homme et de la France déchristianisée, dans le local de l'Assemblée nationale: du 14 août 1789 au 27 septembre 1791, durée de cet enfantement laborieux. Mise au jour, cette prépondérance va grandir. Ses développements seront l'objet d'études subséquentes. Signalons tout de suite l'auxiliaire de sa prodigieuse croissance, par un apologue greffé sur un mot historique: « La Révolution fera le tour du monde », annonce, un jour, Mirabeau. Tenant parole au tribun qui s'engageait ainsi pour elle, la Révolution se met en marche; Dés le début de sa gigantesque tournée, elle est abordée par un singulier compagnon: le juiferrant. Ils se regardent et se disent: unissons-nous. « Je commence le tour du monde, ajoute, avec un empressement juvénile, la Révolution. « — Il y a dix-huit siècles que je l'accomplis, répond le juif-errant; je te guiderai !... » Depuis lors, tous les continents et tous les peuples les ont vus passer ensemble. Cet apologue suffit à faire comprendre la rapidité d'accroissement qui s'est manifestée dans la prépondérance juive. Évidemment, les Juifs avaient tout à gagner dans la compagnie de la Révolution. Ils n'ont plus besoin de discuter, comme jadis, pour leur mode d’existence, auprès des gouvernements: la Révolution discute en leur faveur. Ils ne batailleront plus comme au temps du moyen âge, elle bataille pour eux. Ils n'ont qu'à laisser faire leur jeune et sauvage alliée, qu'à l'exciter seulement quand elle n'avance pas assez vite à leurs côtés: marche, marche ! A l'heure où nous traçons cette préface, la prépondérance juive (pour ne parler que de son développement en France) se trouve énergiquement décrite dans ces réflexions du journal l’Univers, à propos de la circulaire du grand rabbin de Paris sur le centenaire de 1789 : « En France, les Juifs ne sont-ils pas chez eux ? Ils n'y sont que depuis cent ans, et déjà ils l'ont à moitié conquise. Bientôt elle sera à eux tout entière. Ne possèdent-ils pas aujourd'hui la terre, l'argent, l'influence ? Ne disposent-ils pas du gouvernement et de la presse ? A l'heure actuelle, M. de Rothschild et ses coreligionnaires sont plus maîtres en France que le Président de la République et ses ministres. Ils règnent à la Bourse, et ce palais là, c'est le vrai centre du pouvoir et de l'action. » Quel chemin parcouru, grand Dieu ! de l'acte de naissance présenté plus haut, à cette mainmise sur le gouvernement de la France ! Mais les fils d'Israël ont dressé eux-mêmes le barrage de bois qui subjugue et humilie toute prépondérance: la Croix ! Elle seule peut être, contre eux, le salut de la société moderne, et leur salut, à eux dans la société moderne. Lyon, le 6 octobre 1889. ...

3709 lectures

Voir aussi

Steiner Rudolf - Symptomes dans l'Histoire

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : Symptomes dans l'Histoire Année : 1918 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Steiner Rudolf - Science du ciel Science de l'Homme

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : Science du ciel Science de l'Homme Année : 1921 Lien de...

Lire la suite

Steiner Rudolf - Rythmes dans le cosmos et dans l'être humain

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : Rythmes dans le cosmos et dans l'être humain Année : 1923 Lien de...

Lire la suite

Steiner Rudolf - Psychologie et vie intérieure

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : Psychologie et vie intérieure Métamorphoses de la vie psychique...

Lire la suite

Steiner Rudolf - L'homme une énigme

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : L'homme une énigme Année : 1916 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Steiner Rudolf - L'évangile de Saint-Matthieu

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : L'évangile de Saint-Matthieu Année : 1910 Lien de téléchargement...

Lire la suite

Steiner Rudolf - L'évangile de Saint-Marc

Auteur : Steiner Rudolf Ouvrage : L'évangile de Saint-Marc Année : 1912 Lien de téléchargement :...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book