Auteur : Trotski Léon (Bronstein Lev Davidovitch)
Ouvrage : Staline
Année : 1946

Lien de téléchargement : Trotski_Leon_-_Staline.zip

Fils de paysan juifs, étudiant, social-démocrate en 1896, déporté en 1898, s’évade, émigre, rencontre Lénine qui le fait coopter au comité de rédaction de l’Iskra. Se range du côté des mencheviks au congrès de Londres, s’en éloigne avant 1905, sans pour autant se rapprocher de Lénine, a qui il reproche ses méthodes dictatoriales et son « jacobinisme ». En 1905, vice-président, puis président du Soviet de St-Petersbourg. Condamné et déporté. Évadé de nouveau, émigre. Formule avec Parvus (Helphand) la théorie de la « révolution permanente ». Fonde à Vienne le journal Pravda et se fait le défenseur de l’unité de tous les social-démocrates, des bolcheviks aux liquidateurs compris : vives polémiques avec Lénine. En réplique à la conférence de Prague, organise, en août 1912, à Vienne, une conférence d’unification à laquelle les bolcheviks refusent de participer ; il quitte peu après le « bloc d’août ». En liaison avec l’organisation interrayons de St-Petersbourg, internationaliste et collaborateur de Nache Slovo, à Paris (d’où il est expulsé en septembre 1916 pour Irun en Espagne. La police espagnole l’arrête et l’embarque de force, avec sa famille, pour les Etats-Unis). A New York pendant la guerre il collabore au journal Novy Mir. Rédige le manifeste de la conférence de Zimmerwald. Revient en Russie en mai 1917 : d’accord avec les thèses d’avril de Lénine qu’il considère comme un ralliement à la révolution permanente, ayant définitivement renoncé à l’espoir de rassembler toutes les « fractions » et toute « conciliation », il travaille à l’unification entre l’organisation interrayons et le parti bolchevique. Élu au C.C. au congrès d’unification, en août 1917, alors qu’il est en prison. Président du soviet de Petrograd et du comité militaire révolutionnaire, il dirige l’insurrection. Commissaire aux affaires étrangères en 1917-1918, démissionnaire lors de la paix de Brest-Litovsk, Commissaire à la guerre de 1918 à 1925, principal organisateur de l’Armée Rouge, membre du Bureau Politique de 1919 à 1927. Entre en conflit avec la troïka Zinoviev-Kamenev-Staline en 1923, dans le débat sur le « cours nouveau »(titre de l’ouvrage de Trotsky, qui analyse et préconise des remèdes et des mesures, visant à changer l’évolution du parti bolchevik qui tend vers la « bureaucratisation »). En 1926 il se rapproche de Zinoviev et Kamenev et dirige avec eux l’opposition unifiée. Exclu en 1927, déporté à Alma-Ata. Expulsé d’U.R.S.S. en 1929, vit en Turquie (Prinkipo), en France (de juillet 1933 à juin 1935), en Norvège (de juin 1935 à septembre 1936), enfin au Mexique. En juillet 1929 il entame la publication d’un Bulletin de l’opposition mensuel en russe. Il met sur pied, après une première conférence en avril 1930, un secrétariat international provisoire de l’Opposition communiste. Ecrit de nombreux ouvrages, organise l’opposition de gauche, puis créé la IVe Internationale le 3 septembre 1938 avec 25 délégués, représentant 11 pays. Il sera l’un des principaux accusés absents des procès de Moscou. Assassiné en août 1940 par un agent de Staline (Jackson Mornard). ...