Acheter

Thion Serge - Liberté d'expression État des lieux


Auteur : Thion Serge
Ouvrage : Liberté d'expression État des lieux (résumé)
Année : 2009

Lien de téléchargement : Thion_Serge_-_Liberte_d_expression_Etat_des_lieux.zip

Je voudrais commencer par une histoire qui me paraît tout-à-fait significative. On se souvient peut-être de l'existence des "Vaudois", un groupe de chrétiens schismatiques qui avait été fondé au XIIIe siècle par un Lyonnais nommé Pierre Valdo. C'était une sorte de préfiguration du protestantisme et, en France, ils finirent par se confondre avec les calvinistes. Je passe sur les persécutions dont ils furent l'objet. Ces gens-là se fondaient sur le Bible. Il leur en fallait donc une version à peu près complète en langue vulgaire. On était au tout début de l'imprimerie (1452-55). Ils la firent imprimer en 1535 près de Neuchâtel en Suisse. Elle circulait sur les marchés. Le roi de France, informé de cette horrible innovation décida aussitôt d'interdire la presse, c'est-à-dire le fait d'imprimer. Et tout l'Ancien régime a vécu dès lors sous le régime de l'interdiction de la presse. Les livres imprimés ne pouvaient l'être qu'avec "privilège du Roy", c'est-à-dire avec un accord préalable, ou éventuellement d'un autre pesonnage influent du royaume. C'est pourquoi une grande partie de la vie intellectuelle française, Descartes y compris, s'est exprimée par des écrits imprimés à l'étranger, qui entraient en France en contrebande. La censure préalable était dans les mains d'un "cabinet noir", dont le rôle et la composition étaient secrets. La censure prélable est restée en vigueur jusqu'à la loi sur la presse de 1881, qui a enfin instauré un régime de liberté, sous contrôle. Ainsi est-il interdit en France de publier le moindre placard ou le moindre tract sans mentionner le nom de l'imprimeur, par lequel la police peut toujours remonter jusqu'à l'auteur du texte. Les imprimeries d'aujourd'hui — personne n'en parle — grouillent toujours de flics qui surveillent le moindre papier qui sort des presses... En 1937-38, sous le gouvernement du Front Populaire, un certain nombre de décrets furent pris pour limiter la liberté d'imprimer, en particulier des textes qui pouvaient être réputés comme étant d'origine étrangère. Dans ce cas-là régnait l'arbitraire ministériel. C'est grâce à l'avocat révisionniste Eric Delcroix que cette mesure antidémocratique (mais "de gauche") a été abolie récemment. Les livres et les journaux interdits pas oukaze ministériel se comptent, en France, par milliers. La réaction du pouvoir, en France, devant cette innovation absolue — et totalement imprévue — que représente le surgissement de l'internet est identique à celle de l'ancien régime : il faut, d'urgence, interdire. Interdire surtout et d'abord, ce qui conteste les fondements de ce pouvoir, les idées sur lesquelles il s'appuie, la version de l'histoire qui a ses faveurs, les données scientifiques qu'il a choisies pour les développements futurs, etc... C'est la tradition d'un pouvoir qui déteste la contestation, et même la simple discussion. On a projeté, à un certain moment, de faire enregistrer toute personne qui exprimerait un propos quelconque sur le net. C'est le rire que ce projet a soulevé. Mais on ne cesse, depuis dix ans, de concocter dans les cabinets ministériels, de nouveaux projets pour mettre internet "sous contrôle", tous plus fous les uns que les autres. L'idée que le citoyen lambda pourrait donner son avis sur tel ou tel aspect de la vie de ce pays donne des boutons à notre oligarchie, vissée dans ses fauteuils, et horriblement inquiète que l'on révèle les innombrables turpitudes auxquelles sont contraints tous ceux qui s'y accrochent. Ces projets, élaborés sous la pression de l'actualité, deviennent tout de suite d'impossibles usines à gaz, tant sont contradictoires les buts qu'on leur assigne. Ce sont des discussions sans fins entre personnes notoirement incompétentes. Ce qu'ils cherchent, c'est limiter les risques politiques. Mais l'effervescence de l'internet, sa structure acéphale, conçue pour résister aux attaques, sa créativité constamment renouvelée rendent obsolètes les projets de mise sous contrôle avant même qu'ils soient formalisés. Les techniciens, ceux qui font fonctionner la machine, regardent tout ça avec scepticisme, convaincus que le public lui-même sera capable de réguler l'emploi du net, bien plus que les guignols qui préparent des lois pour calmer leur anxiété. La liberté, c'est vrai, est corrosive. ...

2528 lectures

Voir aussi

Lugan Bernard - La guerre des Boers 1899-1902

Auteur : Lugan Bernard Ouvrage : La guerre des Boers 1899-1902 Année : 1998 Lien de téléchargement...

Lire la suite

Lugan Bernard - Histoire de la Louisiane française 1682-1804

Auteur : Lugan Bernard Ouvrage : Histoire de la Louisiane française 1682-1804 Année : 1994 Lien de...

Lire la suite

Lugan Bernard - Histoire de l'Afrique du Nord

Auteur : Lugan Bernard Ouvrage : Histoire de l'Afrique du Nord (Égypte, Libye, Tunisie, Algérie,...

Lire la suite

Lugan Bernard - Les guerres d'Afrique

Auteur : Lugan Bernard Ouvrage : Les guerres d'Afrique Des origines à nos jours Année : 2013 Lien...

Lire la suite

Lugan Bernard - Rwanda Un génocide en questions

Auteur : Lugan Bernard Ouvrage : Rwanda Un génocide en questions Année : 2014 Lien de...

Lire la suite

D'Espagnet Jean - La philosophie des anciens rétablie dans sa pureté

Auteur : D'Espagnet Jean Ouvrage : La philosophie des anciens rétablie dans sa pureté L'ouvrage...

Lire la suite

San Giorgio Piero - NRBC

Auteur : San Giorgio Piero (Falotti Piero) Ouvrage : NRBC Année : 2016 Lien de téléchargement :...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book