Donner

Bardèche Maurice - Nuremberg Ou la terre promise Tome 1


Auteur : Bardèche Maurice
Ouvrage : Nuremberg Ou la terre promise Tome 1
Année : 1948

Lien de téléchargement : Bardeche_Maurice_-_Nuremberg_Ou_la_terre_promise_Tome_1.zip

EPIGRAPHE. Salomon compta tous les étrangers qui étaient dans le pays d'Israël et dont le dénombrement avait été fait par David son père. On en trouva cent cinquante trois mille six cents. Et il en prit soixante-dix mille pour porter les fardeaux, quatre-vingt mille pour tailler les pierres dans la montagne, et trois mille six cents pour surveiller et faire travailler le peuple. Second Livre des Chroniques, 2, 17-18. Je ne prends pas la défense de l'Allemagne. Je prends la défense de la vérité. Je ne sais si la vérité existe et même beaucoup de gens font des raisonnements pour me prouver qu'elle n'existe pas. Mais je sais que le mensonge existe, je sais que la déformation systématique des faits existe. Nous vivons depuis trois ans sur une falsification de l'histoire. Cette falsification est adroite : elle entraîne les imaginations, puis elle s'appuie sur la conspiration des imaginations. On a commencé par dire : voilà tout ce que vous avez souffert, puis on dit : souvenez-vous de ce que vous avez souffert. On a même inventé une philosophie de cette falsification. Elle consiste à nous expliquer que ce que nous étions réellement n'a aucune importance, mais que seule compte l'image qu'on se faisait de nous. Il paraît que cette transposition est la seule réalité. Le groupe Rothschild est ainsi promu à l'existence métaphysique. Moi, je crois stupidement à la vérité. Je crois même qu'elle finit par triompher de tout et même de l'image qu'on fait de nous. Le destin précaire de la falsification inventée par la Résistance nous en a déjà apporté la preuve. Aujourd'hui le bloc est brisé, les couleurs s’écaillent : ces panneaux publicitaires ne durent que quelques saisons. Mais alors si la propagande des démocraties a menti pendant trois ans à notre sujet, si elle a travesti ce que nous avons fait, devons-nous la croire lorsqu'elle nous parle de l’Allemagne ? N'a-t-elle pas falsifié l'histoire de l'occupation comme elle a présenté faussement l'action du gouvernement français ? L'opinion commence à rectifier son jugement sur l'épuration. Ne devons-nous pas nous demander si la même révision n'est pas à faire sur la condamnation qui a été portée par les mêmes juges à Nuremberg ? N'est-il pas honnête, au moins, n'est-il pas nécessaire de poser cette question ? Si l'action judiciaire qui a frappé des milliers de Français est une imposture, qu'est-ce qui nous prouve que celle qui a condamné des milliers d'Allemands n'en est pas une ? Avons-nous le droit de nous en désintéresser ? Supporterons-nous que des milliers d'hommes, en ce temps, souffrent et se révoltent de notre refus de témoigner, de notre lâcheté, de notre fausse commisération ? Ils repoussent cette camisole de force que nous voulons mettre à leur voix et à leur passé; ils savent que nos journaux mentent, que nos films mentent, que nos écrivains mentent, ils le savent et ne l'oublieront pas: laisserons-nous tomber sur nous ce regard de mépris qu'ils nous lancent justement? Toute l'histoire de cette guerre est à refaire, nous le savons. Refuserons-nous notre porte à la vérité ? Nous avons vu ces hommes installés dans nos maisons et dans nos villes; ils ont été nos ennemis et, ce qui est plus cruel, ils ont été les maîtres chez nous. Cela ne leur enlève pas le droit qu'ont tous les hommes à la vérité et à la justice, leur droit à l'honnêteté des autres hommes. Ils ont combattu avec courage; ils ont subi ce destin de la guerre qu'ils avaient accepté; aujourd'hui, leurs villes sont détruites, ils habitent dans des trous au milieu des ruines, ils n'ont plus rien, ils vivent comme des mendiants de ce que le vainqueur leur concède, leurs enfants meurent et leurs filles sont le butin de l'étranger, leur détresse dépasse tout ce qui a pu venir jamais à l'imagination des hommes. Leur refuserons-nous le pain et le sel ? Et si ces mendiants dont nous faisons des proscrits n'étaient pas d'autres hommes que nous ? Si nos mains n'étaient pas plus pures que leurs mains, si nos consciences n'étaient pas plus légères que leurs consciences ? Si nous nous étions trompés ? Si l'on nous avait menti ? C'est pourtant sur cette sentence sans appel que les vainqueurs nous demandent de fonder le dialogue avec l'Allemagne ou plutôt de le refuser. Ils se sont emparés de l'épée de Jéhovah et ils ont chassé l'Allemand des terres humaines. L'écroulement de l'Allemagne ne suffisait pas aux vainqueurs. Les Allemands n'étaient pas seulement des vaincus, ils n'étaient pas des vaincus ordinaires. C'est le Mal qui avait été vaincu en eux : on avait à leur apprendre qu'ils étaient des Barbares, qu'ils étaient les Barbares. Ce qui leur arrivait, le dernier degré de la détresse, la désolation comme au jour du déluge, leur pays englouti comme Gomorrhe et eux seuls errants, stupéfaits, au milieu des ruines, comme au lendemain de l'écroulement du monde, on avait à leur apprendre que c'était bien fait, comme disent les enfants. C'était une juste punition du ciel. Ils devaient s'asseoir, eux Allemands, sur leurs ruines et se frapper la poitrine. Car ils avaient été des monstres. Et il est juste que les villes des monstres soient détruites, et aussi les femmes des monstres et leurs petits enfants. Et la radio de tous les peuples du monde, et la presse de tous les peuples du monde, et des millions de voix de tous les horizons du monde, sans exception, sans fausse note, se mirent à expliquer à l'homme assis sur ses ruines pourquoi il avait été un monstre. Ce livre est adressé à ces réprouvés. Car il faut qu'ils sachent que tout le monde n'a pas accepté aveuglément le verdict des vainqueurs. Le temps de faire appel viendra quelque jour. Les tribunaux issus de la victoire des armes ne portent que des sentences éphémères. L'opportunisme politique et la peur révoquent déjà ces jugements. Notre opinion sur l'Allemagne et sur le régime national-socialiste est indépendante de ces contingences. Notre seule ambition, en écrivant ce livre, a été de pouvoir le relire sans honte dans quinze ans. Quand nous trouverons que l'armée allemande ou le parti national-socialiste ont commis des crimes, naturellement nous les appellerons des crimes. Mais quand nous penserons qu'on les accuse au moyen de sophismes ou de mensonges, nous dénoncerons ces sophismes et ces mensonges. Car tout cela ressemble un peu trop à un éclairage de théâtre : on braque des projecteurs et on n'éclaire qu'une scène, pendant ce temps-là, tout le reste est dans l'ombre. Il est temps qu'on allume les lustres et qu'on dévisage un peu les spectateurs. ...

5928 lectures

Voir aussi

Nouvelles

Les mises à jours sont uniquement accessibles aux donateurs. Pour faire un don veuillez vous rendre...

Lire la suite

Pierce William Luther - Chasseur

Auteur : Pierce William Luther (Andrew Macdonald) Ouvrage : Chasseur Année : 1984 Lien de...

Lire la suite

Bouysse Grégory - Waffen-SS Français Volume 1

Auteur : Bouysse Grégory Ouvrage : Waffen-SS Français Volume 1 Officiers Année : 2011 Lien de...

Lire la suite

Théry Gabriel - De Moïse à Mohammed Tome 4

Auteur : Théry Gabriel (Zakarias Hanna) Ouvrage : De Moïse à Mohammed L'islam entreprise juive Tome...

Lire la suite

Théry Gabriel - De Moïse à Mohammed Tome 3

Auteur : Théry Gabriel (Zakarias Hanna) Ouvrage : De Moïse à Mohammed L'islam entreprise juive Tome...

Lire la suite

Théry Gabriel - De Moïse à Mohammed Tome 2

Auteur : Théry Gabriel (Zakarias Hanna) Ouvrage : De Moïse à Mohammed L'islam entreprise juive Tome...

Lire la suite

Théry Gabriel - De Moïse à Mohammed Tome 1

Auteur : Théry Gabriel (Zakarias Hanna) Ouvrage : De Moïse à Mohammed L'islam entreprise juive Tome...

Lire la suite




Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book