Acheter

Quand Paris était antisémite


Auteur : Anonyme
Ouvrage : Quand Paris était antisémite Jules Guérin, roi de fort Chabrol
Année : 2012

Lien de téléchargement : Quand_Paris_etait_antisemite.zip

Alors qu’un petit bébé du nom d’Adolf Hitler pousse ses premiers vagissements quelque part sur la frontière austro-germanique, un quadra dynamique, Edouard Drumont, fonde la Ligue nationale antisémitique de France. Nous sommes en 1889 et l’antijudaïsme se porte bien dans notre pays. Edouard Drumont, auteur du livre à succès La France juive (1886). Fondateur de l'Antisémitisme. Directeur du journal la Libre Parole. Si Drumont, l’écrivain, l’auteur à succès du Testament d’un antisémite a survécu dans la mémoire collective nationaliste et a fait l’objet de nombreuses études de la part des historiens, il n’en va pas de même de Jules Guérin, à peu près oublié en cette fin de XX° siècle. Drumont le journaliste, le polémiste, le théoricien, Guérin, le chef, l’homme d’action, le militant de choc. Jules Guérin, figure emblématique de la France française. Jules Guérin nait au coeur du second Empire. Hommage à Eugénie de Montijo, il voit le jour à Madrid en 1860. Mais que l’on ne s’y trompe pas, Guérin est français pure souche, et même de cette sorte de français, aujourd’hui disparue, mais qui ont fait la célébrité de notre pays. Guérin est un Parisien, un gars du Paname populaire, à cheval sur la barrière. Ses détracteurs le concéderont, Jules Guérin est intelligent. Il pousse ses études jusqu'à l’âge de seize ans, fait exceptionnel pour l’époque. Intelligent mais pas intellectuel. Guérin est un animal plein d’appétit, un mâle portant beau, aimant le sport, de préférence de combat, les femmes, la boisson, les distractions et, bien sûr, l’argent. Très vite, il faudra beaucoup d’argent à Guérin. Il n’a pas vingt ans qu’il se veut déjà dans les affaires. N’importe lesquelles. Même les moins claires. Guérin n’est pas scrupuleux. Toute sa vie, il accumulera faillites et procès commerciaux. Mais il vivra bien. Sans grand souci matériel. Et vite ! Toute proportion gardée, il y a du Tapie chez Guérin. Mais un Tapie très politiquement incorrect. Dans ces années 1880 qui voient le triomphe de la bourgeoisie, de la maçonnerie, Guérin, bien que chef d’entreprise, penche très à gauche. Il fréquente les milieux anars, parfois socialistes, qui hantent les quartiers du XIX° arrondissement de la capitale. Très vite, Guérin croise la route d’un homme d’exception, le marquis de Morès. Emporté dans le sillage antisémite, il n’en sortira jamais. Le marquis de Morès, aristocrate et aventurier. Armé d'une canne plombée, le marquis de Morès organisait des « youpinades » dans les rues de Paris avec ses amis bouchers de la Villette. Le rejet des juifs, 80 000 sur toute la France, est alors chose commune. Pire : c'est même un thème électoral qui attire à lui des centaines de milliers de suffrages. La chambre comptera alors jusqu'à 22 parlementaires proclamés antisémites. Au milieu des années 90, le courant nationaliste est pourtant au creux de la vague. Le boulangisme est enterré, Drumont en semi-retraite, Morès est mort. Certes, de nombreuses ligues ou partis se disputent les faveurs des français: Ligue de la Patrie Française, Ligue de la Jeunesse Royaliste, Ligue de la Jeunesse Antisémite, blanquistes ... Mais toutes pêchent par un manque d'envergure militante ou un trop grand intellectualisme de leurs chefs. Il y a une place à prendre. Guérin va l'occuper. Il décide de reprendre en main la Ligue antisémitique (qui deviendra en 1899 le Grand Occident de France). Signe de ralliement à la cause antisémitique, les Antisémites portaient fièrement un bleuet à leur boutonnière. En complet sommeil, cette création de Drumont n'a plus alors ni argent, ni militants. De l'argent, Guérin a toujours su en trouver. La France ne manque pas alors de grandes fortunes prêtes à financer des «patriotes». Le richissime Boni de Castellane, dandy de la Belle Epoque, mettra la main au chéquier à de nombreuses reprises. Le Duc d'Orléans, lui-même, financera les antisémites. Guérin saura gérer ce trésor de guerre. Dans l'intérêt de la Ligue mais aussi, diront les méchantes langues, à son profit ... Quoi qu'il en soit, la Ligue reprend vite de la vigueur. Durant l'année 1897 puis 1898, Guérin accumule les meetings. Il parle chaque soir dans un café de Paris. Son verbe est aisé, sa force de conviction puissante. Plus que du lyrisme, il a du bagout et de la gueule. Très vite, les adhésions affluent, 500, puis 4.000. Ils seront 11.000 à Paris à l'apogée du mouvement. Dont 500 bouchers de la Villette, troupe de choc populaire dont un des chefs dira un jour : « Le sang ne nous fait pas peur, c'est notre métier ». Dans les manifs, ces colosses portent des barres de fer gainées de bois qu'ils ont baptisées « cannes antisémites ». ...

3651 lectures

Voir aussi

Biglino Mauro - Le Dieu de la bible vient des étoiles

Auteur : Biglino Mauro Ouvrage : Le Dieu de la bible vient des étoiles De la traduction littérale...

Lire la suite

De Figanières Louis Michel - Clé de la vie

Auteur : De Figanières Louis Michel Ouvrage : Clé de la vie L'homme, la nature, les mondes, Dieu,...

Lire la suite

Zündel Ernst - La véritable histoire des relations entre allemands et juifs

Auteur : Zündel Ernst Ouvrage : La véritable histoire des relations entre allemands et juifs Année...

Lire la suite

Pemjean Lucien - La paix nécessaire

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : La paix nécessaire Réponse à M. Camille Dreyfus Année : 1896 Lien...

Lire la suite

Pemjean Lucien - Petite Madone

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : Petite Madone Année : 1926 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Pemjean Lucien - Cent ans après 1789-1889

Auteur : Pemjean Lucien Ouvrage : Cent ans après 1789-1889 Année : 1889 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Du Laurens De La Barre Ernest - Nouveaux fantômes bretons

Auteur : Du Laurens De La Barre Ernest Ouvrage : Nouveaux fantômes bretons Contes, légendes et...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book