Acheter

Bercot Michel - Coeur et énergétique


Auteur : Bercot Michel
Ouvrage : Coeur et énergétique Face aux défis du XXIe siècle Les structures énergétiques du Vivant
Année : 1489

Lien de téléchargement : Bercot_Michel_-_Coeur_et_energetique.zip

De l'ouverture du cœur à l'émergence du Cœur. Une histoire de cœur sûrement. Un bout de l'histoire du Cœur, sans doute. A six ans, ma décision était prise, je serais chirurgien. J'avais 14 ans, lorsqu'au cours d'une promenade d'adolescent solitaire dans les marais salés normands, la nature me fit un clin d’œil que je ne compris pas sur le moment : je m'arrêtai, fasciné par une sorte d' "hippocampe" – c'est l'image qui me reste – chez lequel je pouvais voir, par transparence, battre le cœur et circuler le sang ! Ai-je rêvé ? Je ne sais, mais ce midi-là, c'est ce que j'ai vu. Ma métamorphose en biologiste fut immédiate et un lot de souris, logé dans mon cabinet de toilette, en fit immédiatement les frais. Le caillou suivant conduisit les dix-sept ans du petit Poucet à l'hôpital Broussais : là, ses yeux passèrent des heures rivés sur les coupoles des salles d'opération du temple de la chirurgie cardiaque, où en France les premiers cœurs européens étaient ouverts, quelques années seulement après que les cœurs américains eurent tracé la voie. Pour la première fois sans doute au cours de l'histoire connue de l'humanité, on osait fracturer les portes du seul sanctuaire encore inviolé du corps humain. En réalité c'était le point d'orgue mis à une histoire commencée au début du siècle, sur les chapeaux de roue, celle de la découverte de la nature du Cœur. Depuis tout était allé très vite. Dès 1930, investiguer le niveau subatomique de la réalité physique et conceptualiser le "vide" de l'espace, permirent à la physique quantique et relativiste de soulever le "premier voile" de ce que les physiciens finiront un jour par reconnaître comme le corps énergétique du système solaire, le Cœur du système solaire. Simultanément l'hypnose et la psychanalyse, en pénétrant les couches superficielles du monde intérieur le plus proche du monde physique, le monde émotionnel, ôtaient un deuxième voile, celui de la dimension intérieure du Cœur, cette fois. A mi-siècle, on pouvait visiter les quatre chambres de l'organe cœur. Le beau synchronisme de cette triple "ouverture du cœur", biologique, énergétique et émotionnelle, était lourd de sens. Un sens qui permit à la certitude de mes six ans de s'épanouir et fit de moi un chirurgien du cœur le plus condensé, jusqu'à ce que je saisisse la réelle intention. Arrêter la masse sanguine de tourner autour du cœur, une rotation que l'énigmatique hippocampe de ma jeunesse m'avait de bonne heure révélée, a longtemps semblé au chirurgien aussi utopique qu'il semblait à l'astrophysicien d'intervenir sur le cours orbital des planètes. Redécouverte par Harwey dès 1615, peu de temps avant que la gravitation universelle ne le fût par Newton, la circulation sanguine semblait une sorte de mini-gravitation universelle à l'échelle des centaines de milliards de cellules des six milliards de corps humains. Dans les années cinquante, la fiction devint réalité : une fois parvenu à arrêter le cœur sans dommage pour l'organisme, puis à l'ouvrir, on alla jusqu'à interrompre la circulation sanguine dans tout l'organisme, et non plus dans le seul cœur, le temps par exemple de faire des réparations sur certains vaisseaux du cerveau, autrement intouchables. Arrêter le cœur se révélait facile. La difficulté consistait à le faire repartir sans qu'il ait pâti de ce repos forcé, tout à fait imprévu dans son infatigable plan de vol. Les premiers travaux sur l'électronique de la membrane cellulaire améliorèrent bien vite les choses : ce faisant, les chirurgiens effleurèrent l'énergétique. Puis, dans ce siècle marqué par un goût immodéré des records, qui cherchent toujours à dépasser les limites de l'espace et du temps, on rêva de faire un pied de nez à la mort elle-même et à son pouvoir exorbitant sur la longueur du temps. On imagina alors de "déposer" sa cible favorite, le cœur, et de remplacer cet auguste sanctuaire par une pièce plus "neuve", comme on changeait le moteur d'une vulgaire voiture. On le fit. Ces sortes de "dépose-pose" qu'étaient les transplantations, exigèrent bientôt d'allonger considérablement le temps d'arrêt cardiaque, en raison des conditions de prélèvement et de transport. Très vite on sut conserver le cœur pendant des heures en état de mort apparente, comme un banal produit surgelé. Aussi ce saint organe fut-il prestement descendu de son piédestal symbolique pour rejoindre l'anonymat des autres travailleurs de l'organisme, souvent occupés à contenir la concurrence sans cesse plus menaçante que leur faisaient les robots, ces organes artificiels qui proposaient leurs services de pointe avec de plus en plus d'à propos, en regard de la gravité des maladies. Passée l'excitation due à l'enchaînement des premiers succès, qui permettaient de redonner cinq ou vingt ans de vie à des organismes autrefois condamnés à mort, une question émergea bientôt : la vie humaine serait-elle donc si factice qu'on puisse l'entretenir avec un peu d'électronique, et de savoir-faire ? Pourquoi, dès lors, ne pas tenter de la créer ? Puisque cœur et circulation sanguine pouvaient être arrêtés sans danger, pour le corps et le cerveau en particulier, le foyer de vie dont ils étaient de simples symptômes ne pouvait-il pas se trouver ailleurs ? Aujourd'hui nous en sommes là. Effectivement ce foyer est "ailleurs" : la nouvelle révolution, c'est que l'organe-cœur n'est que le foyer ponctuel et condensé de ce battement mystérieux qu'on appelle la "vie", dans la partie visible de notre corps physique. Ce cœur visible avec tout son appareil vasculaire m'est apparu complètement piloté par le vrai Cœur du corps, le corps énergétique : le regard porté sur cette invisible présence au sein de nos organismes physiques, provoque l'urgence d'un nouveau regard porté sur le visible. L'énergie du Cœur, cette force magnétique appelée "amour" dès lors qu'elle s'exprime dans son degré psychique est, selon les enseignements de toutes les grandes traditions, l'énergie fondamentale qui anime et sous-tend la construction des mondes et leur marche en avant. Or, alors que parviennent enfin à s'estomper les traces de la grande guerre, et tandis que nous cherchons à tâtons les recettes d'un nouvel ordre mondial, cette Présence du Cœur suggère simplement de changer de regard pour lire, dans le monde des apparences, ce qui l'a de tout temps sous-tendes : son sens. ...

3210 lectures

Voir aussi

Markale Jean - Notre-Dame de la nuit

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Notre-Dame de la nuit Année : 1998 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Markale Jean - Mélusine

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Mélusine Année : 1983 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Markale Jean - Les révoltés de Dieu

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Les révoltés de Dieu Année : 2003 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Markale Jean - Les conquérants de l'île verte

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Les conquérants de l'île verte La grande épopée des Celtes Année :...

Lire la suite

Markale Jean - Les compagnons de la branche rouge

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Les compagnons de la branche rouge La grande épopée des Celtes...

Lire la suite

Markale Jean - L'épopée des Gaulois

Auteur : Markale Jean Ouvrage : L'épopée des Gaulois Les grandes légendes de l'histoire de France...

Lire la suite

Markale Jean - L'énigme des vampires

Auteur : Markale Jean Ouvrage : L'énigme des vampires Année : 1991 Lien de téléchargement :...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book