Donner

Besant Annie - Vers le temple


Auteur : Besant Annie
Ouvrage : Vers le temple
Année : 1895

Lien de téléchargement : Besant_Annie_-_Vers_le_temple.zip

Purification. Si, de quelque centre situé dans l'espace, nous pouvions suivre du regard la marche de l'évolution, étudiant l'histoire de notre chaîne de mondes suivant une conception imaginaire, figurative, et non sous l'apparence de régions physique, astrale et mentale que ces mondes nous présentent; s'il nous était donné de considérer ainsi, de l'extérieur, ces groupes d'êtres qui progressent, cette humanité en évolution, nous pourrions, me semble-t-il, représenter le tout sous forme d'un tableau. Je vois une haute montagne dressée dans l'espace et ceinte d'une route qui s'élève en tournant jusqu'au sommet du mont. Les spires de la route sont au nombre de sept. Sur chaque spire je vois sept stations où les pèlerins demeurent pendant un temps, et dans chacune de ces stations ils doivent s'élever encore par un sentier tournant (Le pèlerinage de l'humanité dans son cycle actuel d'évolution consiste à accomplir sept fois le tour d'une chaîne de sept mondes. Sur chaque monde, son séjour est de plusieurs millions d'années, et ces séjours sont au nombre de quarante-neuf (sept mondes sur chacun desquels l'humanité repasse sept fois).). En suivant jusqu'au bout les spires de la route, nous voyons comment elle s'élève au sommet de la montagne. Nous voyons qu'elle aboutit à un Temple imposant, un Temple comme de marbre blanc, qui se détache rayonnant et lumineux sur l'azur de l'espace. Ce Temple est le but du pèlerinage ; ceux qui y sont entrés ont achevé leur course, du moins en ce qui concerne cette montagne-là, et s'ils y demeurent encore, c'est uniquement dans le but de venir en aide à ceux qui montent. Si nous considérons de plus près le Temple, si nous cherchons à voir comment il est construit, nous trouverons au centre un Saint des Saints, entouré de quatre enceintes circulaires et concentriques. Ces quatre enceintes sont à l'intérieur du Temple, séparées entre elles par des murailles, et pour passer de l'une à l'autre le voyageur doit franchir un portail, un portail unique dans chaque mur d'enceinte (Ces quatre « portails » sont les quatre grandes Initiations.). En dehors du Temple se trouve encore une cinquième enceinte, l'Enceinte Extérieure, où les voyageurs sont beaucoup plus nombreux que dans le Temple même. Nous avons donc sous les yeux, un tableau de l'évolution humaine, du chemin que suit la race et du Temple qui en est le terme. Sur la route, une vaste multitude d'êtres humains qui montent, lentement, si lentement qu'ils semblent parfois, pour chaque pas en avant, faire un pas en arrière. La tendance générale de l'ensemble est ascensionnelle, mais si lente est leur marche, qu'à peine peut-on la percevoir. Cette évolution continue de la race à travers les âges semble tellement longue et tellement pénible qu'on se demande comment les pèlerins ont le courage de monter si longtemps. A suivre la race autour du mont, des millions d'années s'écoulent; des millions d'années encore se passent à suivre un seul pèlerin dans sa marche. Et nous voyons alors que ce pèlerin semble traverser une interminable succession de vies employées, toutes, à monter. Une lassitude nous gagne rien qu'à suivre du regard ces multitudes immenses qui s'élèvent si lentement, étage par étage, sur le chemin tournant. En les observant nous nous demandons : « Pourquoi donc montent-ils si lentement ? Comment se fait-il que ces millions d'hommes accomplissent un si long voyage? Pourquoi leur effort est-il sans cesse tendu vers ce Temple dressé sur la cime? » A les observer, il semble que la lenteur de leur marche provienne de ce qu'ils ne voient pas le but, de ce qu'ils ne comprennent pas la direction que suit leur race dans son voyage. Si nous considérons séparément quelques-uns d'entre eux, nous les voyons se détourner à chaque instant de la route, attirés dé-ci dé-là, sans détermination dans leur allure. Au lieu d'aller droit devant eux comme des gens affairés, ils errent à l'aventure semblables à des enfants qui s'écartent du chemin pour cueillir une fleur ou poursuivre un papillon. Toute leur vie semble perdue, et lorsque, surpris par la nuit, ils suspendent pour un temps leur marche, bien faible est le progrès accompli. II ne semble pas que le développement intellectuel, quelque lent qu'il soit, lui aussi, accélère de beaucoup leur mouvement. Ceux dont l'intellect est à peine formé paraissent s'endormir après chaque jour de vie, ayant à peine dépassé l'étape du jour précédent, et ceux qui sont intellectuellement plus évolués ne marchent guère plus vite, et semblent gagner peu de terrain dans chaque existence. A les regarder monter ainsi le cœur se lasse, et l'on se demande pourquoi ils ne lèvent pas les yeux pour voir où leur chemin les mène. Or il semble que l'Enceinte Extérieure du Temple, cette première enceinte où pénètrent quelques-uns de ceux qui sont en tête de l'évolution, n'ait pas comme seule voie d'accès le chemin qui tourne si longuement autour de la montagne. Car en regardant bien nous voyons de nombreux points, sur la route en spirale, d'où l'Enceinte Extérieure peut être atteinte, atteinte par des sentiers plus courts qui ne tournent pas autour du mont, mais en gravissent directement la pente. Le pèlerin au cœur intrépide, aux membres vigoureux, peut choisir ces sentiers. Et si nous cherchons à voir comment certains parviennent à l'Enceinte Extérieure plus rapidement que leurs semblables, nous verrons qu'ils ont quitté la longue route pour faire un premier pas sur le sentier direct, du jour où, pour la première fois, un rayon émané du Temple a frappé leurs yeux. Car ce temple blanc qui couronne la cime projette des rayons de lumière sur la pente du mont. De temps à autre, un voyageur détourne son regard des papillons et des cailloux du chemin, et le rayon de lumière semble frapper ses yeux. Il lève la tête vers le Temple, il le voit un instant, et après cette première vision, jamais plus cet homme n'est entièrement semblable à ce qu'il était auparavant. Ne fût-ce qu'un instant, il a reconnu un but et une fin, il a entrevu le sommet vers lequel il monte, et le sentier abrupt, mais tellement plus court, qui escalade directement la pente au sommet de laquelle le Temple rayonne. Et dans cet instant où l'âme reconnaît le but à atteindre, dans cet instant où elle comprend, en un éclair d'intuition, qu'au lieu de la longue route qui non seulement contourne la montagne mais s'enroule encore sur elle-même, il est un sentier direct conduisant au terme, - dans ce fugitif instant d'illumination, l'âme comprend en outre que le sentier a un nom qui est Service, et que tous ceux qui abordent cette voie directe doivent y entrer par une porte où brille en lettres d'or l'inscription : Service de l'Homme. L'âme que nous observons a dès lors compris qu'avant de pouvoir atteindre même l'Enceinte Extérieure du Temple, il lui faut franchir cette porte, et se rendre compte de ceci : Que la vie est destinée au service, et non à la satisfaction des désirs égoïstes, et que le seul moyen de monter plus vite consiste à monter dans l'intérêt de ceux-là qui s'attardent, afin que du Temple, puisse être donnée aux pèlerins de la longue route une aide plus efficace qu'ils n'en pourraient recevoir autrement. Ainsi que je l'ai dit, ce n'est là qu'un éclair, une vision fugitive qui s'évanouit aussitôt, car l’œil n'a fait qu'être frappé par un des rayons de lumière qui descendent du mont. Et tout au long de la route en lacets gisent épars tant d'objets attrayants, que le regard de l'âme en est facilement captivé à nouveau. Mais la lumière une fois aperçue, il est toujours plus facile de la revoir. Le but à atteindre une fois entrevu, et le devoir et le pouvoir du service une fois compris, ne fût-ce qu'en une intuition passagère, il reste au fond de l'âme un désir de gravir ce sentier plus court, et de trouver la voie qui monte tout droit vers l'Enceinte Extérieure du Temple. Après cette première vision, la lueur se renouvelle de temps en temps. Elle se renouvelle d'un jour à l'autre de la longue ascension, plus brillante peut-être à chaque renouvellement. Et nous voyons ces âmes commencer à monter avec plus de constance que leurs semblables. Bien qu'elles tournent encore autour de la montagne, elles s'adonnent d'une manière plus suivie à la pratique des vertus, et se consacrent avec plus de persistance à la Religion, à la Religion qui s'efforce de leur montrer comment elles peuvent atteindre enfin le Temple. ...

1871 lectures

Voir aussi

Nouvelles

Les mises à jours sont uniquement accessibles aux donateurs. Pour faire un don veuillez vous rendre...

Lire la suite

Brasey Edouard - Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature

Auteur : Brasey Edouard Ouvrage : Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature...

Lire la suite

La Huitième croisade

Auteur : Officier d’état-major britannique Ouvrage : La Huitième croisade Libres révélations d’un...

Lire la suite

Klassen Ben - Race et raison

Auteur : Klassen Ben (Bernhardt Klassen) Ouvrage : Race et raison n°309 Interview par Tom Metzger...

Lire la suite

Kling Anne - FN tout ça pour ça

Auteur : Kling Anne Ouvrage : FN tout ça pour ça La très étonnante évolution du Front National...

Lire la suite

Grimault Jacques - Le mystère Kheops

Auteur : Grimault Jacques Ouvrage : Le mystère Kheops Le plus étrange édifice du monde Année : 2017...

Lire la suite

Bouysse Grégory - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1

Auteur : Bouysse Grégory Ouvrage : Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1 Histoire du S.O.L, de...

Lire la suite




Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book