Auteur : David-Néel Alexandra
Ouvrage : A l'ouest barbare de la vaste Chine
Année : 1947

Lien de téléchargement : David-Neel_Alexandra_-_A_l_ouest_barbare_de_la_vaste_Chine.zip

Avant-propos. Me voici au pays de Kham ! Me voici revenue en terre tibétaine ! Je me répétais cela mentalement en arrivant, passablement moulue, à Tatsienlou, à la suite d’une odyssée harassante qui avait débuté dans le voisinage de la Mongolie et s’était poursuivie pendant près de deux années à travers la Chine envahie et bombardée1. Aller au Tibet oriental n’entrait nullement dans les plans que j’avais formés en quittant la France pour retourner une fois de plus en Asie. J’aurais dû être étonnée de m’y retrouver, mais j’avais totalement perdu la faculté de l’étonnement. Depuis le début de la guerre sino-japonaise, les événements m’avaient poussée de-ci, de-là, sans qu’il me fût jamais permis de diriger mes mouvements ou d’en prévoir les résultats. La comparaison familière du bouchon flottant sur l’océan et ballotté par les vagues paraissait tout à fait me convenir et il m’était arrivé d’en rire en des moments que certains auraient peut-être qualifiés de tragiques. Cependant, les vagues s’étaient montrées propices au petit « bouchon pensant » que j’étais ; elles m’avaient généralement jetée en des endroits où les sujets d’intérêt ne manquaient pas. Ils ne manquaient certes pas à cette turbulente zone frontière où la Chine cesse d’être purement chinoise, le Tibet d’être purement tibétain et où, ajoutant encore à l’attrait piquant de l’ambiance chaotique, Lolos et autres aborigènes apportent constamment leur contribution d’étrangeté. En fait, comme d’ordinaire, au cours de mes voyages précédents, je n’avais rien à regretter et pouvais plutôt remercier le destin qui m’avait conduite où je me trouvais. ...