Donner

De La Chesnaie Sigismond - Malô Lilâk Tome 2


Auteur : De La Chesnaie Sigismond
Ouvrage : Malô Lilâk Tome 2 Hitlérisme et prophéties au scanner
Année : 2017

Lien de téléchargement : De_La_Chesnaie_Sigismond_-_Malo_Lilak_Tome_2.zip

Chapitre XVIII : Wall Street et l’édification du IIIe Reich. Selon l’histoire officielle, l’ascension au pouvoir d’Hitler débuta en 1919 lorsque celui-ci rejoignit le Deutsche Arbeiterpartei, abréviation DAP, le Parti des travailleurs allemands. Le nom du parti avait alors changé l’année suivante en Nationalsozialistische Deutsche Arbeipartei ou NSDAP, le Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands, plus communément appelé Parti nazi. Ce mouvement qui s’était donc constitué et développé pendant la période de l’après-guerre, était antimarxiste et s’était opposé au gouvernement qui fut dénommé République de Weimar ainsi qu’au Traité de Versailles, en défendant notamment un nationalisme extrême, le Pangermanisme, ainsi qu’un antisémitisme virulent. C’est alors après la promulgation le 24 mars 1933 de la Loi édictée en vue de remédier à la détresse du peuple et du Reich, dénommée Loi allemande des pleins pouvoirs de 1933, encore appelée loi d’habilitation ou Gesetz zur Behebung der Not von Volk und Reich vom 24 März 1933 (dénomination officielle), que l’ascension d’Hitler fut considérée comme pleinement achevée. En effet, cette loi (dont la dernière page est reproduite plus bas) qui avait été adoptée la veille par le Reichstag (l’assemblée parlementaire qui représentait le peuple allemand dans son ensemble sous la république de Weimar), allait donner au futur Chancelier (Reichskanzler) les pleins pouvoirs en lui donnant le droit de gouverner par décret, c’est-à-dire de promulguer des textes à portée législative sans approbation parlementaire. Ayant été promulguée pour une période renouvelable de quatre ans, cette loi resta en vigueur jusqu’à la chute du régime nazi, en mai 1945. Et c’est après la Reichstagsbrandverordnung ou « décret sur l’incendie du Reichstag », que ladite loi constitua la 2ème étape législative de la « mise au pas » ou Gleichschaltung, aboutissant à l’instauration du régime totalitaire nazi. Comme nous allons pouvoir le constater, le climat et la nature de certains événements de la République de Weimar qui couvrit la période reliant la fin de la Première Guerre mondiale et l’arrivée au pouvoir du Parti nazi en 1933, marquant l’avènement du IIIe Reich (le Ier Reich couvrit la période du Saint-Empire romain germanique, de 962 à 1806, et le IIe Reich, celle de l’Empire allemand, de 1871 à 1918), avaient permis de « préparer » le terrain à ce qu’il convient d’appeler la “judéophobie” d’Hitler (le terme est placé entre guillemets car nous aurons l’occasion de nous rendre compte dans ce panorama de sa signification véritable). Voici à ce sujet quelques commentaires du Dr App dans la version française de son livre déjà cité, Ne Pas Se Taire (p.29), dénonçant les attaques des Juifs contre le patriotisme et l’amour du pays dont ils étaient en fait les hôtes, propos qui se basaient notamment sur ceux du magazine Nation Europa (mensuel fondé à l’origine en 1951 en soutien du nationalisme paneuropéen) de février 1964 : “Nation Europa a expliqué que tous les putschs communistes qui ensanglantèrent l’Allemagne de Weimar étaient dirigés par des Juifs tels qu’Eugen Leviné, Max Levien, Tobia Akselrod, Kurt Eisner, Gustav Landauer, Erich Mühsam et Ernst Toller. L’auteur aurait pu ajouter à sa liste Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht, les chefs de l’infâme organisme rouge « Ligue Spartakus ».” C’est quand l’opuscule de Nation Europa parut pour la première fois, apprend-on, que le Dr App donna un compte rendu des deux paragraphes suivants (qu’il maintint par la suite) : “Mais le pire fut que, pendant toute la durée de la république de Weimar, une majorité d’intellectuels et d’écrivains se livrèrent à une diffamation constante de la nation allemande. Walter Mehring qualifia les « Casques d’acier » (Stahlhelm) de la Première Guerre mondiale d’ordures (« Dreck »). Kurt Tucholsky prétendit que les volontaires de 1914 avaient été victimes d’une soûlerie collective (« Massenbesoffenheit »). Arnold Zweig dit des Allemands qu’ils étaient une « nation de brebis votantes, d’affairistes, d’assassins, de fuyards, d’amateurs d’opérettes et de fonctionnaires cadavériques » (« Nation von Stimmvieh, Geschäftsmachern, Mördern, Abrückern, Operettenliebhabern und Amtskadavern »). ...

1799 lectures

Voir aussi

Nouvelles

Les mises à jours sont uniquement accessibles aux donateurs. Pour faire un don veuillez vous rendre...

Lire la suite

Brenier Flavien - Les juifs et le Talmud Partie 1

Auteur : Brenier Flavien Ouvrage : Les juifs et le Talmud Partie 1 Année : 1913 Lien de...

Lire la suite

Conversano Daniel - Comment Hervé Ryssen a brisé notre amitié pour sauver son business

Auteur : Conversano Daniel Ouvrage : Comment Hervé Ryssen a brisé notre amitié pour sauver son...

Lire la suite

Brenier Flavien - Les origines secrètes du bolchevisme

Auteur : Brenier Flavien (Salluste) Ouvrage : Les origines secrètes du bolchevisme Henri Heine et...

Lire la suite

Brasey Edouard - Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature

Auteur : Brasey Edouard Ouvrage : Enquête sur l'existence des fées et des esprits de la nature...

Lire la suite

La Huitième croisade

Auteur : Officier d’état-major britannique Ouvrage : La Huitième croisade Libres révélations d’un...

Lire la suite

Klassen Ben - Race et raison

Auteur : Klassen Ben (Bernhardt Klassen) Ouvrage : Race et raison n°309 Interview par Tom Metzger...

Lire la suite




Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book