Auteur : De Montréal Bernard
Ouvrage : La genèse du réel
Année : 199*

Lien de téléchargement : De_Montreal_Bernard_-_La_genese_du_reel.zip

Les études supramentales ont vraiment commencé en 1969, alors que la lumière de l’intelligence cosmique est descendue sur terre pour instruire objectivement l’homme des lois de la vie et de l’univers. Fort de cette nouvelle énergie qui lui permit enfin de reconnaître son lien vital avec la conscience universelle, prospective et instructive, l’homme a pu comprendre le mensonge cosmique dont il était victime pendant des millénaires, en même temps qu’il dévoilait les mystères de l’inconnu en répondant de façon définitive aux questions de l’existence. Celles-ci ont nourri l’activité des religions, des philosophies et des mouvements ésotériques, et trouvent à la fin du vingtième siècle des réponses à la mesure de l’angoisse qu’elles ont créée dans la pensée de l’homme. La dynamique des études supramentales repose sur le mouvement de l’énergie à travers un esprit créatif. Voilà pourquoi ce livre, premier d’une série, ne présente pas une vision encyclopédique de la psyché humaine, mais plutôt une approche évolutive permettant l’intégration progressive des lois universelles de la vie et de la mort. Et voilà pourquoi la lecture de La Genèse du réel est ouverte, car chaque chapitre présente en lui-même la synthèse tout en étant qu’une partie de celle-ci. À un mode d’écriture différent, libre du connu des formes mêmes de la littérature de l’esprit, convient un mode de lecture libre des attitudes anciennes. La perception du réel repose sur une double articulation fondamentale : l’involution, période d’ignorance de l’homme au cours de laquelle il a subi les lois de la vie sans en comprendre les mécanismes, et l’évolution, période d’intégration des lois de l’univers, où l’homme rejoint enfin sa nature, son essence, et en manifeste dans la matière la puissance créative. La Genèse du réel marque le début d’une littérature cosmique, elle ne représente qu’une fraction de ce qui sera publié au cours de la prochaine génération. Car il devient de plus en plus nécessaire, selon le temps et l’heure, que l’homme sache que nous vivons à la fin d’un cycle où le tout pour le tout sera joué contre l’homme, contre la liberté réelle de son esprit, sa seule force, sa seule lumière. Voilà pourquoi l’évolution future sera préparée par la diffusion d’oeuvres qui, dans le sillage de celle-ci, serviront à lui faire reconnaître ce qui ne peut être pensé, et feront de lui un pionnier de l’impossible . B. de M. ...