Auteur : Devilliers Jollois
Ouvrage : Le zodiaque égyptien
Année : *

Lien de téléchargement : Devilliers_Jollois_-_Le_zodiaque_egyptien.zip

Avant-propos. Les bas-reliefs astronomiques des Égyptiens1 ont été promptement reconnus aux signes du zodiaque qu’ils renferment, et dont la ressemblance avec ceux de notre sphère est telle, qu’il est impossible de s’y méprendre. Sans cette circonstance, ces monuments seraient peut-être restés dans la foule des antiquités muettes que les curieux ont vainement interrogées jusqu’à ce jour. Un premier pas fait dans l’explication de quelques-unes des pages les plus intéressantes de la langue hiéroglyphique a dû nous encourager à pousser nos recherches sur la route qui semblait s’aplanir devant nous ; et nous avons essayé de trouver la signification des figures nombreuses qui accompagnent les douze astérismes principaux. De fortes inductions nous portaient à les considérer comme des constellations. Il était naturel, en effet, de penser que les figures que nous ne savions pas encore interpréter, et celles que nous avions déjà reconnues, avaient un sens analogue. En rapprochant de notre sphère les bas-reliefs égyptiens, nous y avons d’abord trouvé quelques constellations dans leur véritable situation. Mais pourquoi plusieurs autres, très reconnaissables par leurs formes, avaient-elles été totalement déplacées ? Pour lever cette difficulté, nous avons eu l’idée de recourir aux calendriers des anciens et à leurs poèmes astronomiques, qui sont tous fondés sur les aspects paranatellontiques des astres2. Nous avons reconnu alors que les bas-reliefs égyptiens sont des monuments du même genre. Cette considération, en effet, explique naturellement les transpositions que nous avons remarquées, et qui tiennent aux relations établies dans l’antiquité entre les astres qui étaient au même instant à l’horizon, soit au levant, soit au couchant ; en sorte que des constellations très éloignées dans le ciel, et même en opposition, avaient un sens emblématique analogue, et par conséquent pouvaient être rapprochées dans des bas-reliefs allégoriques. ...