Auteur : Franklin Benjamin
Ouvrage : La prophétie de Franklin
Année : 1787

Lien de téléchargement : Franklin_Benjamin_-_La_prophetie_de_Franklin.zip

Cette prophétie de Benjamin Franklin a été faite lors d'une conversation à bâtons rompus, durant l'entracte de la Convention constitutionnelle de Philadelphie (1787). Elle a été rapportée par Charles Pinckney Cotesworth, délégué de l'industrie laitière en Caroline du Sud. « Je suis entièrement d'accord avec le général Washington. Nous devons protéger notre jeune nation d'une influence insidieuse. Cette menace Messieurs, ce sont les Juifs. « Dans chaque pays où les Juifs se sont installés, ils ont abaissé le niveau moral et déprécié l'intégrité commerciale. Ils sont restés à l'écart et ne se sont jamais assimilés. Ils ont tenté de dénigrer et de miner la religion chrétienne, sur laquelle cette nation est fondée, en s'opposant à ses restrictions. Ils ont fondé un Etat dans l'Etat, avec lequel ils cherchent à étrangler financièrement la nation, comme il l'on fait pour l'Espagne et le Portugal. « Depuis plus de 1700 ans, les Juifs se lamentent de leur triste sort, à savoir qu'ils ont été chassés de leur patrie, comme ils l'appellent. Mais Messieurs, si le monde leur rendait la Palestine, ils trouveraient immédiatement des raisons pressantes pour ne pas y retourner. Pourquoi ? Parce qu'étant des vampires, ils ne peuvent pas se nourrir du sang d'autres vampires, ils ne peuvent pas vivre entre eux. Ils doivent vivre parmi les Chrétiens et d'autres nations n'appartenant pas à leur race. « S'ils ne sont pas expulsés des États-Unis par la Constitution, dans moins de 200 ans, ils seront ici en si grand nombre, qu'ils vont nous dominer, dévorer le pays et changer la forme de notre gouvernement, pour laquelle, nous, Américains, avons versé notre sang et sacrifié notre vie, nos biens et notre liberté. « Si les Juifs ne sont pas exclus, dans 200 ans, nos descendants travailleront dans les champs pour nourrir les juifs, tandis qu'ils resteront dans leurs maisons de comptage en se frottant joyeusement les mains. Je vous avertis, Messieurs, si vous n'excluez pas les Juifs pour toujours, vos enfants et les enfants de vos enfants, vous maudiront sur vos tombes. « Les juifs, Messieurs, sont des Asiatiques, le lieu de naissance et le nombre des années n'y changeront rien, ils resteront à jamais des Asiatiques. Leurs idées ne seront pas celles d'Américains, même s'ils vivaient parmi nous durant dix générations. Le léopard ne peut pas changer ses taches. Les Juifs sont des Asiatiques, ils sont une menace pour ce pays si nous les acceptons. C'est pourquoi ils doivent être exclus par la présente Convention constitutionnelle. » Benjamin Franklin à la Convention constitutionnelle de Philadelphie, Pennsylvanie (1787). ...