Auteur : Günther Hans Friedrich Karl
Ouvrage : Le déclin du talent en Europe
Année : 1959

Lien de téléchargement : Gunther_Hans_Friedrich_Karl_-_Le_declin_du_talent_en_Europe.zip

Présentation. Le déclin des facultés intellectuelles, en Europe et en Amérique du Nord, est aujourd'hui chose reconnue et confirmée par des études détaillées. Ce phénomène a d'abord été soulevé en Angleterre. Karl Pearson, le célèbre élève du fondateur de l'eugénisme Francis Galton, écrivait déjà en 1904 qu'en Angleterre un manque de personnes très douées se faisait nettement sentir dans l'art et le domaine scientifique, le commerce et l'industrie ainsi que dans l'administration. Pearson en donnait comme raison, le peu de descendance des personnes intellectuelles et ayant de la volonté par rapport à la descendance croissante des personnes moins douées et ayant peu de volonté. Pearson en a déduit que l'Europe était entrée dans une ère de déclin de l'intellect, une période d'extinction progressive dans toutes les couches de la société des familles douées. En 1911, W.C.D. Wetham exposait qu'en Angleterre justement les familles ayant des lacunes de QI avaient de nombreux enfants dont la nombreuse descendance était à la charge de l'état, remplissant les hôpitaux et les prisons. Ainsi Wertham a déjà reconnu ce qui sera par la suite prouvé en Amérique du Nord, en Angleterre et en Allemagne, que le déclin des facultés intellectuelles est lié par l'hérédité au déclin de la santé et de la moralité. W.M. Gallichan a même évoqué, en 1916, la question des «demi-morts» lorsqu'il écrivait que la plupart des enfants, de nos jours, descendaient de personnes n'ayant aucune aptitude à devenir de bons parents. En 1916, en Allemagne, une telle déclaration était encore prématurée. Mais aujourd'hui, chez nous également, on ne peut que constater que les parents ne sont pas à la hauteur. Mais, comme d'habitude dans nos pays nous en recherchons les raisons dans l'environnement au lieu de cherche dans les gènes héréditaires, dans la nombreuse descendance de parents incapables d'éduquer leurs enfants et de pères et mères illégitimes qui retransmettent leurs manques à leur descendance. Après la Seconde Guerre mondiale, on entreprit, en Angleterre, en Amérique du Nord et en Allemagne, des études sur l'origine civile et le nombre de frères et sœurs des écoliers ayant différents niveaux d'intelligence. Ces études ont donné pour résultats que l'intellect moyen dans les couches sociales populaires augmentait tandis que le nombre d'enfants, par contre, décroissait. ...