Acheter

Hallet Marc - Les apparitions de la Vierge et la critique historique


Auteur : Hallet Marc
Ouvrage : Les apparitions de la Vierge et la critique historique
Année : 2013

Lien de téléchargement : Hallet_Marc_-_Les_apparitions_de_la_Vierge_et_la_critique_historique.zip

On constituerait sans peine une vaste bibliothèque rien qu’en y regroupant les milliers d’ouvrages qui ont été écrits au sujet des apparitions de la Vierge. Or, sur les centaines de mètres de ses rayonnages, on ne pourrait trouver un seul livre qui soit semblable à celui-ci... L’écrasante majorité des ouvrages concernant les apparitions mariales ont en effet été écrits par des personnes qui y croyaient par principe et qui ont parfois mis au service de leur croyance et de leur volonté de convaincre les plus sceptiques, un talent pédagogique et une énergie formidables. A l’opposé de ces ouvrages, on en trouve un très petit nombre qui appartiennent au genre polémique ou pamphlétaire et dont les auteurs auraient voulu faire triompher une thèse radicalement opposée dans un but politique ou idéologique à peine voilé. Tous ces ouvrages se caractérisent donc globalement par une certaine forme d’aveuglement ou de partialité. Dès lors, ils ne s’apparentent pas du tout à un travail de critique historico-scientifique qui, seul, permet de remettre de l’ordre dans un ensemble de faits disparates et de mettre en évidence les choses fausses ou absurdes... Paradoxalement, les apparitions mariales ont peu intéressé de véritables historiens ou sociologues laïques alors quelles représentent une masse d’événements et de faits qui peuvent être contrôlés, vérifiés et analysés sans grande difficulté étant donné l’abondance extraordinaire des sources et des documents. Or tout cela n’inspira longtemps aucun travail critique d’ensemble destiné à en évaluer la valeur intrinsèque. En 1995, cependant, Yves Chiron qui était professeur d’histoire, proposa une assez volumineuse enquête critique sur les apparitions mariales. Il en examina un bon nombre, mais commit l’erreur de les classer en “vraies” et “fausses” au départ des jugements émis par les Evêques concernés. L’a-priori de cet historien profondément catholique l’éloignait évidemment de la démarche qu’impose une critique historique sérieuse. Durant l’été 2000 parut un énorme ouvrage intitulé Faussaires de Dieu et dont l’auteur, Joachim Bouflet, est un historien consultant auprès de postulateurs de la Congrégation pour la cause des saints. On aurait pu espérer qu’un tel auteur réalise un travail critique de grande valeur historique et scientifique. Hélas! M. Bouflet partit également du principe qu’il fallait suivre en tout l'opinion des Evêques, seuls habilités à juger en ces matières. Il rangea donc aussi les apparitions en deux catégories simplistes : les authentiques et les fausses. Puis, en analysant les apparitions fausses, il leur découvrit des caractéristiques particulières dont il tira une sorte de classification taxonomique. Cette classification constitua la charpente d’un manuscrit où chaque apparition fausse fut découpée en tranches minuscules, chacune de ces tranches étant considérée comme typique des caractéristique propres, selon l’auteur, aux apparitions fausses. La démarche de Joachim Bouflet n’avait, on le voit, rien de scientifique ni même de rationnel. C’est la démarche d’un croyant sincère qui pense faire un travail de critique rationnelle au départ d’idées préconçues pour le moins discutables. En 2005, aux éditions du Jubilé, parut un ouvrage de René Humetz intitulé “Les apparitions - Mise en examen.” Ancien officier de gendarmerie puis, en fin de carrière, doyen des juges d'instruction de Paris, l'auteur proposait d'examiner les apparitions mariales comme il aurait étudié une série d'affaires criminelles. Ayant pris un grand nombre de récits et les ayant mis dans une sorte de pot commun sans même déterminer la valeur de chacun d'entre eux, il chercha donc dans ceux-ci des éléments de concordance comme par exemple une boule lumineuse, un âge ou une taille donnés à la Vierge, une impossibilité pour le voyant de se mouvoir, la découverte d'une source etc. Puis, ayant trouvé de tels éléments de concordance dans certains récits -mais pas dans tous-, l'ex-magistrat conclut que tous ces témoins qui ne pouvaient se connaître n'avaient pu tous mentir et inventer de façon concordante, ce qui validait évidemment, selon lui, leurs témoignages. Cette méthode qui fonctionne sans doute quand il s'agit de trouver des concordances entre diverses affaires criminelles, devient totalement aberrante dès lors qu'on cherche à l'utiliser pour démontrer la réalité surnaturelle ou du moins fantastique d'une série d'événements disparates. Elle est la même que celle de ces amateurs d'ovnis qui, en fonction d'une cohérence interne des témoignages qui n'existe que dans leur esprit, prétendent que la preuve est ainsi faite que tous les témoignages recueillis -n'importe comment et par n'importe qui- sont non seulement véridiques, mais démontrent de manière certaine l'existence d'un phénomène mystérieux généralement attribué à une origine extraterrestre. Totalement dépourvus de cette logique précise que doivent avoir des gens qui étudient des témoignages écrits sous l'angle de la critique historique, de tels auteurs mélangent toutes sortes de récits auxquels ils attribuent une valeur intrinsèque maximale, puis les passent dans une sorte de tamis pour n'en retirer que les éléments qu'ils ont artificiellement monté en épingle en les considérant comme seuls utiles à la compréhension de l'ensemble, lequel est, selon eux et par principe, homogène puisqu'il n'aurait qu'une origine unique. Ces gens-là peuvent s'abuser et tromper des naïfs par leurs “démonstrations” aberrantes, mais ils ne peuvent que faire rire ceux qui sont accoutumés à la critique sérieuse des événements historiques fondés sur des témoignages humains. Enfin, ces dernières années, ont fleuri ici et là des études (!) tendant à démontrer que les lieux des apparitions mariales ne furent pas choisis au hasard. Basées sur une utilisation abusive de cartes géographiques, ces “démonstrations”paraissent prouver que les lieux des apparitions, une fois reliés entre eux, forment sur la carte de France des structures géométriques dont une lettre “M” (comme Marie). C'est plus précisément un certain Raymond Terrasse qui s'est illustré dans de telles extravagances géométriques souvent utilisées par ailleurs dans le domaine des fausses sciences ou l'ésotérisme. (4) En ce qui me concerne, j’eus dès 1985 la possibilité de publier une première critique rationnelle sur ce sujet. En y examinant, selon un ordre arbitraire, quelques cas choisis parmi les plus célèbres apparitions reconnues par l’Eglise, je pus démontrer qu’ils ne résistaient pas à une analyse historico-scientifique menée au départ des principaux ouvrages qui avaient été écrits à leur propos. Mais, outre que cet ouvrage modeste ne m’avait permis d’examiner qu’une petite dizaine de cas d’apparitions, il connut une diffusion médiocre du fait de la faillite de son éditeur. (4) Le présent ouvrage n’est en rien une édition révisée et augmentée du premier. C'est la réédition entièrement refondue d'un second ouvrage que j'ai publié à compte d'auteur en 2001 et dont la conception était assez différente. Dans les pages qui suivent, on trouvera une présentation détaillée des plus célèbres apparitions mariales, classées par ordre chronologique, qu’elles soient reconnues ou non par les autorités religieuses compétentes. Lorsque l’exposé seul des faits suffira pour que le lecteur puisse se faire une opinion, il n’y sera ajouté aucune analyse particulière. En revanche, une analyse détaillée des événements ou même de la littérature qui s’y rapporte sera proposée dans d’autres cas. La longueur et la densité des chapitres variera évidemment en fonction de l’importance historique de chaque cas ou de leur complexité. Je sais à quel point le public d’aujourd’hui réclame des ouvrages d’érudition qui se lisent comme des romans et dont les chapitres ne soient pas alourdis par une multitude de notes en bas de page ou de trop nombreuses références bibliographiques qui n’intéressent véritablement que les gens peu nombreux voulant effectuer un travail de recherche. Je sais aussi à quel point il est fastidieux d’aller consulter des références rassemblées en fin d’un ouvrage. J’ai donc fait suivre immédiatement chaque chapitre des références bibliographiques le concernant. Dans la plupart des cas, et en particulier pour les plus courts chapitres, j’ai réduit au strict minimum ces références en ne signalant, en bloc, que les principaux ouvrages consultés. Pour des cas plus complexes ou de plus grande importance historique, j’ai employé, dans le texte, une numérotation continue qui renvoie directement aux références précises figurant en fin du chapitre. J’ai cependant essayé de ne jamais faire double emploi entre les références du présent ouvrage et celles du premier dont j’ai parlé plus haut. Je sais que les chercheur pourront se procurer le premier en bibliothèque et qu’en l’absence de nouveaux développements de ma part, il ne sert donc à rien d’indiquer dans celui-ci les références qu’ils pourront trouver dans l’autre. Si donc les références sur Lourdes sont ici bien moins nombreuses que celles sur La Salette, par exemple, c’est tout simplement parce que depuis 1985 j’ai pu découvrir sur La Salette bien plus de nouveaux éléments démonstratifs que sur Lourdes. ...

2819 lectures

Voir aussi

King Michael S. - La mauvaise guerre

Auteur : King Michael S. Ouvrage : La mauvaise guerre La vérité jamais dite sur la seconde guerre...

Lire la suite

Vivas Maxime - La face cachée de Reporters sans frontières

Auteur : Vivas Maxime Ouvrage : La face cachée de Reporters sans frontières De la CIA aux faucons...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue sanscrite...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue égyptienne...

Lire la suite

Encausse Gérard - Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque

Auteur : Encausse Gérard (Papus) Ouvrage : Premiers éléments de lecture de la langue hébraïque...

Lire la suite

Le livre noir de l'occupation israélienne

Auteur : Breakingthe Silence Ouvrage : Le livre noir de l'occupation israélienne Les soldats...

Lire la suite

D'Hauterive Ernest - Le merveilleux au XVIIIe siècle

Auteur : D'Hauterive Ernest Ouvrage : Le merveilleux au XVIIIe siècle Année : 1902 Lien de...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book