Auteur : Hatem Frank
Ouvrage : Les cinq clefs La résistance « Humani-Terre » face aux Reptiliens et au nouvel ordre mondialiste des illuminati
Année : 2002

Lien de téléchargement : Hatem_Frank_-_Les_cinq_clefs.zip

Introduction. Que se passe-t-il sur cette planète ? Il faudrait être bien naïf pour s’imaginer que depuis les milliards d’années que la Terre existe, cette petite pomme délicieuse n’a pas été visitée cent fois. Pour s’imaginer que parmi les centaines de milliards d’étoiles qui nous entourent en silence, mais dont seulement quelques milliers scintillent dans notre ciel nocturne, et qui sont probablement toutes des systèmes planétaires, nous serions seuls dans l’univers à nous agiter et à faire caca, ou que depuis ces millions d’années, les peuples de la galaxie n’auraient pas encore eu le temps de s’écouter, de s’organiser entre eux, et de réaliser tout ce qui nous paraît encore de la science-fiction. Certains attendent le « grand contact » comme si on allait se découvrir les uns les autres et se prendre dans les bras en s’apercevant qu’on n’est pas seuls. C’est de l’enfantillage. Il y a belle lurette que les humains sont connus, archi-connus, humés, archi surveillés de toutes parts, et il n’est pas du tout certain d’ailleurs que nous, Terriens, venions de la Terre. Certains ont fait de cette histoire extraterrestre de l’homme leur fonds de commerce, mais ce n’est pas pour cela que c’est faux. En fait, le génome humain contiendrait des gênes provenant d’environ QUATRE CENTS ESPÈCES EXTRATERRESTRES DIFFÉRENTES! Nous sommes des croisements de croisements depuis la nuit des temps, naturels ou artificiels, et il n’y a que nous pour croire que la Terre soit notre berceau. Et c’est la même chose pour bien d’autres peuples de l’univers. Et « univers », cela veut dire bien plus que « monde ». Il n’y a pas que le monde matériel et visible qui soit peuplé. Dans toutes les dimensions ça grouille. Tout est vivant. Le monde n’est que la partie visible et perceptible de l’univers. Entre le rouge en bas du spectre visible, et le violet en haut, il y a tout ce qu’on est capable de voir. Mais entre le violet en haut du spectre conscient et le rouge en bas, il y a l’infini. L’infinité de l’invisible qui relie l’ultraviolet à l’infrarouge jusqu’à la vibration infinie dans un sens, la vibration nulle dans l’autre. Et ces deux extrêmes se confondent. C’est tout l’univers dont nous ne sommes pas conscients, et qui pourtant nous influence autant en bien qu’en mal. On sait que les vibrations rapides (« Yin »), à partir de l’ultraviolet, sont néfastes, dispersantes pour l’esprit, déstructurantes pour la matière, alors que les vibrations infrarouges et magnétiques, tout en bas, sont au contraire, pour la plupart, neutres ou bénéfiques (« Yang »). Par bonheur, et c’est pour cela qu’il est très important de connaître et comprendre ce que c’est que l’énergie, au bout du compte, l’ultraviolet et donc le violet rejoint le rouge et tout ce qui est infrarouge, et le « mal » finit donc par devenir le « bien ». Au coeur du Yin se trouve le Yang. Le spectre est un cercle, mais tandis qu’il y a notre conscience entre rouge et violet, il y a l’infinité de l’« inconscient » (que je préfère appeler l’« Omniscient ») entre le violet et le rouge. Et pourtant ils se touchent chromatiquement. C’est l’Ouroboros qui se mord la queue mais dans un seul sens. Ainsi, LE MAL porté à son paroxysme CONDUIT AU BIEN. Par contre, le bien porté à son paroxysme reste le bien, et ne peut induire le mal. Il n’a pas de limite, car l’infinité est toujours égale à la nullité, tandis que la nullité ne peut être égale à l’infini. C’est une vérité métaphysique que vous reconnaîtrez incessamment et qui vous expliquera bien des choses, notamment, mais pas accessoirement, la cause de l’existence et l’origine de l’univers. Cette certitude liée à la nature même et à l’origine de l’énergie, ignorée bien entendu de la Science moderne officielle, est très réconfortante, car elle se manifeste par la bêtise crasse des agents du mal, malgré leur suprême intelligence intellectuelle. Le fait, par exemple, pour ceux qui sont, à notre insu, en guerre contre l’humanité et nous manipulent, de parvenir à instaurer une dictature mondiale contre laquelle personne ne puisse plus rien (c’est ce qui est en train de se passer), conduit l’individu à se replonger en lui-même pour y exprimer son irrépressible énergie créatrice. En trouvant au fond de lui la liberté qu’il ne trouve plus à l’extérieur, il se libère, tue toute forme de dictature extérieure, et c’est effectivement que le monde se trouve nettoyé et sent bon la paix. Évidemment, il est préférable de ne pas attendre ces extrémités pour faire le travail, mais hélas ! il semble bien que la grande majorité de l’humanité fonctionne comme cela et attende d’être acculée pour bouger (c’est d’ailleurs un des effets de la manipulation mondiale). Tant que le mal peut encore augmenter, l’homme ne se libère pas. Il garde espoir dans son ego, dans la lutte contre le mal, et ce n’est que contraint et forcé, totalement ligoté, mis devant son impuissance totale, qu’il fait enfin le chemin spirituel qui illumine l’univers. Ce qui est en train de se passer dans le monde, c’est exactement cela. Tous les jours vous vous demandez si c’est du lard ou du cochon, si on se moque de vous, si les journalistes de la télé et des journaux ne sont pas payés pour être naïfs, cultiver l’émotionnel, manipuler l’opinion, et ne rien dire des choses importantes comme le trou d’ozone, la destruction de l’Amazonie ou le nombre de victimes quotidiennes des vaccinations. Qui tient les médias, tient l’humanité. Et c’est évidemment la finance qui tient les médias. Si certains pensent que les financiers ont pour but le bien de l’humanité et non le leur, ils ont intérêt à regarder encore beaucoup la télévision jusqu’à ce qu’ils comprennent. Voilà en quoi le mal est bête. Sa victoire est sa défaite. L’emprise totale sur l’individu est le meilleur moyen de lui apprendre à se libérer. C’est pourquoi nous n’avons jamais été aussi près de la victoire sur ceux que David Icke appelle les Reptiliens parce que leur cerveau reptilien est beaucoup plus développé que le nôtre (« Le Plus Grand Secret » tomes 1 et 2 aux Éditions Louise Courteau). C’est lui qui, à l’heure actuelle, décrit le mieux la situation mondiale, même si certains éléments restent incertains. Bref. Tout cela pour dire que ce qui se passe actuellement sur la Terre n’a rien de nouveau, même si cela paraîtra nouveau à certains, tellement on nous maintient volontairement dans l’ignorance. Mais si l’on comprend le processus, on sait alors où cela doit nous mener, et donc quelles décisions nous devons prendre. En tout cas nous devons les prendre, sinon à quoi bon savoir ? Savoir quoi ? Tout se recoupe pour montrer que la Terre (l’humanité) semble bien être ni plus ni moins qu’un garde-manger. Mais pas pour nous, humains. Le gardemanger de ces « invités » reptiliens qui, parce qu’ils sont restés un jour coincés dans des sphères invisibles de notre Terre (leur décadence spirituelle leur a coupé le chemin de retour), se nourrissent d’émotions (les nôtres, en l’occurrence, parce qu’il y a longtemps qu’ils ne savent plus en produire). Ils se nourrissent évidemment davantage de nos émotions négatives car cela pousse mieux que les positives. Et nous leur donnons donc pitance et pouvoir chaque fois que nous ne faisons pas l’effort d’avoir des pensées positives ou joyeuses, chaque fois que nous ne savons pas aimer, chaque fois que nous avons peur, sommes frustrés ou dans un esprit de vengeance. Nos émotions sont leur nourriture car ils vivent essentiellement dans l’Astral (monde émotionnel) tout comme nous nous nourrissons matériellement, puisque nous vivons dans un monde physique. Pour provoquer en nous ces émotions, ils ont besoin d’intermédiaires, qu’on appelle les « Illuminati », qui sont des Terriens ou des croisements, et qui se laissent habiter et guider par les Reptiliens afin de disposer des postes de pouvoir sur la planète. D’autres sont simplement manipulés par des procédés psychologiques. Les Illuminati détiennent à peu près tous les postes importants dans le monde, aux niveaux politique, militaire, industriel, financier, médiatique etc., car ils sont sélectionnés selon le critères imposés d’en haut aux niveaux universitaire, politique, financier etc. à travers des loges maçonniques répandues dans le monde entier, où l’on grimpe en fonction de l’obéissance aveugle dont on se rend capable. Plus on accepte de faire des choses inacceptables, plus on grimpe. C’est donnant, donnant. Si j’obéis, j’obtiens du pouvoir et donc de la richesse. En d’autres temps, on appelait cela « vendre son âme au Diable ». Ceux qui y rentrent ou sont en bas de l’échelle sont souvent des gens de bonne volonté qui veulent se rendre utiles. S’ils n’obéissent pas, on les félicite pour leur hauteur de sentiments et ils sont mis sur des voies de garage, des loges ou des grades sans pouvoir, où on apprend des choses intéressantes et où on croit se rendre utile. Il n’y a pas que des humains parmi les intermédiaires entre l’Astral et nous. Il y a aussi un certain nombre des Illuminati qui sont de purs reptiliens qui parviennent, selon Icke et certains témoins, à se donner une forme humaine, mais peuvent la perdre faute du « Vril », cette énergie vitale contenue en particulier dans le sang des jeunes humains blonds aux yeux bleus. Cela peut paraître inouï, mais il y a toujours eu des sacrifices humains à travers le monde, et il y en a plus que jamais aujourd’hui. Les sectes sataniques sont florissantes et les enlèvements (ou « élevages ») d’enfants se multiplient, surtout aux États Unis. Le nazisme entre 1933 et 1945 fut un épisode comme un autre pour accélérer la sélection. Son expression actuelle est la CIA et les sectes et sociétés secrètes qui lui sont liées, et qui dominent le monde (le nazisme n’a pas gagné la guerre, car ceux qui l’ont organisé ont TOUJOURS dominé le monde). Ces organisations modernes ont été créées aux États-Unis en particulier par et avec d’anciens nazis, dans le but de poursuivre leur politique eugénique secrète à travers le monde. Toutes les races sont utiles pour produire des émotions négatives, et on fait particulièrement souffrir les peuples dits « inférieurs », les Africains, les Sud- Américains, les Sud-Asiens etc. (via la CIA, l’Organisation Mondiale de la Santé qui inocule des maladies, l’Organisation Mondiale du Commerce qui organise la misère et la famine dans le Tiers Monde etc.). L’ONU est le maître d’oeuvre des guerres intestines permanentes. Cela peut surprendre, mais il faut s’informer. Il arrive un moment où on ne peut que comprendre dans quelle manipulation dictatoriale, sous couvert d’apparences démocratiques, nous sommes tombés. L’humanité est aussi une réserve génétique pour ceux qui ont besoin du « Vril » pour pouvoir retourner d’où ils viennent. Car c’est leur vrai but : quitter cette Terre où ils sont coincés par décadence énergétique, puisqu’ils n’ont plus l’énergie spirituelle permettant de transformer leur corps en « merkaba » pour quitter ces niveaux vibratoires. Pour cela, il faut soigner un cheptel de blonds aux yeux bleus qu’on ne fait pas trop souffrir en attendant d’en faire usage. Il y a très peu de témoignages d’enlèvements extraterrestres dont auraient étés victimes des Noirs ou des Jaunes. Tous les sangs, même ceux des animaux, peuvent être utilisés, mais le blond aux yeux bleus, « c’est tout de même autre chose ». Les quantités prélevées restent suffisamment limitées pour seulement entretenir le mystère sans constituer des affaires d’État, car ceux qui sont là et veulent repartir, sont finalement peu nombreux. Ils ont tout leur temps puisque leur longévité est incomparable avec la nôtre, ce qui permet de comprendre la constance de leur « plan » au travers des âges. En attendant il faut manger et, pour cela, il faut beaucoup d’émotions négatives. Peu leur importe de mettre la planète à feu et à sang. Ce n’est pas leur problème. Le trou d’ozone, les guerres, les famines, le SIDA, concernent l’hémisphère Sud ou les peuples « non aryens » pour en réduire significativement les effectifs de population devenues difficiles à tenir, tout en augmentant le volume de souffrances consommables. ...