Acheter

La thérapie sacrée dans la perspective de Bouddha


Auteur : Anonyme
Ouvrage : La thérapie sacrée dans la perspective de Bouddha (Les quatre nobles Réalités du Bouddha)
Année : 2001

Lien de téléchargement : La_therapie_sacree_dans_la_perspective_de_Bouddha.zip

Pour présenter le thème de la thérapie sacrée dans la perspective du Bouddha je souhaiterais suivre son premier enseignement exposé à Sarnath au Parc des gazelles. Cette première présentation de l’enseignement, qui est en même temps son fond, a pour thème les quatre Nobles Réalités ou, dit autrement, les quatre étapes de la thérapie sacrée, ce qui montre combien ce thème est central dans notre tradition. Comme je l'ai déjà évoqué plusieurs fois dans nos entretiens, sa perspective essentielle est médicale ou thérapeutique. Ainsi, dans son premier enseignement, le Bouddha suit une approche éminemment pragmatique. Il part d’un état des lieux, de la constatation de ce qui est nommé en sanscrit dukkha. Ce mot véhicule, dans son sens étymologique, la notion de "ne pas tourner rond". Dukkha exprime la situation existentielle habituelle en laquelle il y a dysharmonie et malêtre. Le contraire de dukkha est sukha qui, lui, véhicule le sens de "tourner rond". Sukha est l’harmonie, l'absence de disfonctionnement, d'interférence, de blocage. Sukha se traduit le plus souvent par félicité et dukkha se rend communément par souffrance. Mais il y a un problème à traduire dukkha par souffrance; ce n'est pas faux mais c’est une traduction très réductrice qui donne souvent une impression pessimiste, ce qui n'est pas exacte. Nous préférerons donc garder le mot sanscrit dukkha ou bien le traduire par disharmonie ou mal-être. Le mal-être c'est "l'être dans l'illusion" et cette illusion est pénible et douloureuse. Ce que je voudrais d’abord vous faire sentir dans ces considérations est le parallèle entre la vision du Bouddha et la thérapie sacrée. D'un côté sukha est l'harmonie de la réalité ou de l'être, c’est la santé fondamentale, analogue à la santé physique, qui est l'état d'harmonie de l'organisme. Cet état de santé fondamentale est naturellement bien-être et bonheur. D'un autre côté dukkha est dysharmonie, c'est la réalité ou l'être brouillé par les interférences des illusions qui produisent un disfonctionnement analogue à la maladie. Et comme chacun sait, la maladie est mal-être et souffrance. En résumé, d’un côté nous avons harmonie, bon fonctionnement, santé, bien-être et bonheur et de l’autre nous avons dysharmonie, disfonctionnement, maladie, mal-être et souffrance. La thérapie sacrée est la voie de la guérison, c'est la voie du mal-être à la santé fondamentale. Le point de départ du Bouddha, la première noble réalité, est que nous sommes habituellement en état de dukkha. Précisons ici que dukkha, la dysharmonie, commence avec l'existence individuelle, c'est-à-dire avec la dualité, la séparation qui fait que l'on existe comme quelqu'un, comme individualité ou ego. Cette séparation commence avec l’observateur, la naissance du sujet, ce qui vit l'expérience comme mienne. C'est l'apparition d'un moi virtuel qui habite l’expérience en se l’appropriant. Cette séparation ou coupure est l'exil de l'état primordial, l'exil de la réalité, l'exil de l'Être, aimerait-on dire en Occident. C'est dukkha existentiel ou dukkha de l’être, qui est la maladie d'être ou même la maladie de l'être. La maladie de l'être est l'impression ou l’illusion que moi-sujet et les objets que je saisis existent indépendamment. C’est l’illusion que les êtres relatifs ou l’Être suprême existent vraiment, indépendamment. Le Dharma enseigne le caractère relatif, relationnel de tout être, que tout est interdépendant, vit en interdépendance ; il n’est d’être qu’en inter-être. Prendre soin de l'être, la thérapie de l’être, c'est réaliser l'illusion de l'être, qu'il n'est pas d'être qui existe vraiment. L'être n'existe qu'en illusion, c'est l'enseignement de l'interdépendance ou de la vacuité, du vide d'être. L’impression d’être, la fixation sur l’être est dukkha fondamental ; c'est son premier aspect dont les autres procèdent. Lorsque l' « on est », ce que l’on est a peur de perdre ce qu’il est et ce qu’il a, peur de se perdre, peur de la perte et du manque ; c'est le deuxième aspect de dukkha, le dukkha du changement, qui confronte à la perte, au manque et à la frustration. Et puis il y a les symptômes grossiers de dukkha comme la maladie et les peines, c'est la souffrance sous toutes ses formes habituelles, crues et brutes, c'est le dukkha de la souffrance. L’approche du Bouddha est foncièrement réaliste. Il part simplement de la réalité, de notre état habituel avec ses dysharmonies et son mal-être ; s’il n’y avait pas au départ, sous une forme ou sous une autre, de dysharmonie ou de mal-être, il n’y aurait ni problème ni question, ni cheminement, ni voie, tout serait déjà parfait. Le mal-être commence donc avec la dualité, la séparation dont nous venons de parler qui est la naissance de l’illusion, celle de l'ego. Ce que nous nommons ego est la structure de la conscience habituelle dans la saisie sujet-objet et dans cette saisie la dynamique de l’ego opère en pulsions dont le prototype est la triade : attraction, répulsion et indifférence. De ces trois passions dérivent toutes les autres attitudes égotiques et égoïstes. Cette origine de dukkha est la deuxième noble réalité. La deuxième noble réalité du Bouddha est celle du diagnostique de dukkha, l'origine de la dysharmonie, de la maladie. Fondamentalement cette origine est dans la saisie dualiste qui fait exister l’illusion de l'ego et ses passions. C'est la racine de tous les états d'ignorance ou d'illusion, c’est-à-dire de non-compréhension, de non-intelligence de la réalité telle quelle est essentiellement. La dualité est l’ignorance, c’est la racine de tous les voiles et de tous les démons. En tibétain, marigpa est le terme que nous venons de traduire par ignorance. Ma, est une particule qui exprime la négation donc le plus littéralement marigpa est l'absence de rigpa. Rigpa est l'expérience primordiale, l'intelligence immédiate et non dualiste, c’est la "gnose" qu’est la nature de bouddha, l'état de santé fondamentale. L’ignorance est donc, si l'on peut dire, un état de "non-gnose" de non-intelligence de ce qui est fondamentalement, au fond du fond, c'est en ce sens que l'on en parle comme d’une "i-gnorance". L'ignorance est l'origine de dukkha, c'est ne pas connaître ou réaliser ce que "je" suis, c'est ne pas avoir réalisé ce à quoi nous enjoint le "connais-toi toi-même" que nous avions déjà mentionné dans nos discussions. Nous disions précédemment que dans notre état habituel la dualité nous a exilé de l'état primordial, qu’elle nous a fait perdre la terre première, la terre pure comme nous l'appelons dans le Dharma. Cette dualité est l’ignorance qui nous sépare de notre nature primordiale originellement pure. Elle nous fait perdre cette santé fondamentale, nous en coupe, nous en exile, nous en déchoit. Il est toute sorte d'étapes dans l'exil. Ce sont celles de la coagulation de la saisie dualiste et de ses représentations qui solidifient un monde artificiel coupé de sa nature, séparé de la nature. Toutes ces étapes ou niveaux de dualités sont aussi les états multiples de la conscience, les états du samsara, les différents mondes de la conscience en lesquels se coagulent l’observateur et son monde observé, l’habitant et l’habitacle. ...

3718 lectures

Voir aussi

Corlieu Auguste - Les médecins Grecs

Auteur : Corlieu Auguste Ouvrage : Les médecins Grecs Année : 1885 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Apollinaire Guillaume - Les exploits d'un jeune Don Juan

Auteur : Apollinaire Guillaume Ouvrage : Les exploits d'un jeune Don Juan Année : 1911 Lien de...

Lire la suite

Hocart Arthur Maurice - Les progrès de l'Homme

Auteur : Hocart Arthur Maurice Ouvrage : Les progrès de l'Homme Année : 1935 Lien de téléchargement...

Lire la suite

Hyperborée Aux sources de l'Europe - Les temples de Malte

Auteur : Hyperborée Aux sources de l'Europe Ouvrage : Les temples de Malte - n7 Année : 2008 Lien...

Lire la suite

Hyperborée Aux sources de l'Europe - Les Gaulois, Yvain Mélusine et Mithra

Auteur : Hyperborée Aux sources de l'Europe Ouvrage : Les Gaulois, Yvain Mélusine et Mithra - n4...

Lire la suite

Hyperborée Aux sources de l'Europe - Le chaudron de Gundestrup

Auteur : Hyperborée Aux sources de l'Europe Ouvrage : Le chaudron de Gundestrup - n5 Année : 2007...

Lire la suite

Hyperborée Aux sources de l'Europe - La terre de nos pères

Auteur : Hyperborée Aux sources de l'Europe Ouvrage : La terre de nos pères - n10-11 Année : 2010...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book