Acheter

Pujo Maurice - Les Camelots du Roi au secours des sinistrés


Auteur : Pujo Maurice
Ouvrage : Les Camelots du Roi au secours des sinistrés
Année : 1911

Lien de téléchargement : Pujo_Maurice_-_Les_Camelots_du_Roi_au_secours_des_sinistres.zip

Ce texte a paru dans l’Almanach de l’Action française pour l’année 1911. L’hiver de 1908–1909 qui vit naître l’association des Camelots du Roi leur avait fourni aussitôt de multiples et magnifiques occasions de se signaler. Ce furent, menées de front, la campagne vengeresse contre les magistrats prévaricateurs et faussaires de la Cour de Cassation ; — la campagne contre le Foyer et contre les pièces qui, dans nos théâtres, insultaient aux croyances des Français ; — la campagne contre Thalamas et les inoubliables mercredis de l’insulteur de Jeanne d’Arc ; — la campagne contre les statues dreyfusardes, monuments de la trahison, qui déshonoraient nos places et jardins publics, et plus de cinquante autres manifestations où, tant à Paris qu’en province, se marqua l’énergie raisonnée de notre offensive patriotique et royaliste. Cette offensive n’a pas désarmé ; son énergie n’a pas diminué au cours de l’année qui vient de s’écouler. Les Métèques et les Apaches, derniers défenseurs de la République, maintes fois corrigés au Quartier latin ; — le faux doyen juif Lyon-Caen, que le gouvernement voulait imposer en violation des droits corporatifs, chassé de l’École de Droit, comme Thalamas l’avait été de la Sorbonne, après une lutte de deux mois qui fut une merveille de courage et de ténacité ; — le juif de prison Schrameck, puni de ses abus de pouvoir et chassé à son tour de l’École des Hautes Études sociales ; — le brave Mattis, que la rancune du grâcieur de Soleilland et de Graby maintenait contre tout droit au régime des apaches, vengé par les sifflets et les huées qui accueillirent Fallières à l’inauguration du monument Péan ; — ces mêmes huées et ces mêmes sifflets se retrouvant, inlassables, autour du président de la République anti-française à l’inauguration de l’indigne statue de Waldeck-Rousseau, à Besançon et partout où il osait montrer sa grotesque et odieuse personne ; — les Quinze-Mille vigoureusement conspués, aux jours d’élections, sur nos boulevards tandis que le roi était acclamé ; — les officiers francs-maçons qui avaient frappé un caporal patriote pour sauver un soldat juif antimilitariste, flétris publiquement dans les rues et devant le tribunal de Cosne ; — Jeanne d’Arc défendue en province contre de nouveaux outrages que notre bonne garde et la crainte que nous inspirions rendaient impossibles à Paris ; — les maîtres du pouvoir n’osant plus se déplacer sans des déploiements de police considérables ; — leurs attentats contre la conscience nationale et les intérêts français obligés même à se faire moins insolents, plus dissimulés et plus sournois : telle a été l’oeuvre de la jeunesse royaliste, le résultat obtenu cette année par de nouvelles manifestations, de nouvelles arrestations, de nouveaux jours de prison. Étudiants d’Action française et Camelots du Roi n’ont laissé échapper aucune occasion de se montrer toujours les chevaliers du Droit, les défenseurs irréductibles de tous les grands intérêts de la patrie. Beaucoup, il est vrai, avaient rêvé pour cette année d’une grande campagne offensive auprès de laquelle celles de l’hiver précédent n’auraient été que des escarmouches, la campagne décisive qui aurait abouti à la victoire complète de notre cause. Les circonstances, dont on ne peut se passer, ne nous en ont pas offert l’occasion. L’approche des élections, qui faisait dévier une fois de plus les espoirs et les efforts d’une grande partie de l’opposition ; la résolution qu’avaient prise les catholiques de tenter les chances de ce nouveau scrutin ; la dérobade même du gouvernement que nous avions réduit à parler d’apaisement : tout nous commandait d’attendre le moment où ces mirages seraient effacés, où de nouvelles déceptions sur le terrain électoral amèneraient à notre tactique la masse de ceux qui aspirent à un changement et où la victoire sur le même faux terrain rendrait les républicains à la nécessité organique de leurs folies, de leurs attentats et de leurs déchirements. Mais ces circonstances, qui leur refusaient la grande lutte désirée, réservaient aux Camelots du Roi une tâche qu’ils n’avaient pas prévue. Elles leur offrirent, au cours de l’année, l’occasion d’une « campagne » d’un nouveau genre qui, poursuivant un objet désintéressé, devait avoir, indirectement et sans que nous l’ayons cherché, des résultats aussi utiles pour nos progrès devant l’opinion qu’en avait eu la campagne contre Thalamas, dont elle fut en quelque sorte la contrepartie. Ce fut la campagne du sauvetage où les Camelots du Roi prodiguèrent leur dévouement pour secourir les victimes des grandes inondations de 1910. ...

1859 lectures

Voir aussi

Markale Jean - Halloween

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Halloween Histoire et traditions Année : 2000 Lien de...

Lire la suite

Markale Jean - Druides et chamanes

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Druides et chamanes Année : 2005 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

De Poncins Léon - L'Autriche Juive

Auteur : De Poncins Léon Ouvrage : L'Autriche Juive Année : 1938 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Batault Georges - Comment meurt une nation

Auteur : Batault Georges Ouvrage : Comment meurt une nation Année : 1938 Lien de téléchargement :...

Lire la suite

Christophersen Thies - Le mensonge d'Auschwitz

Auteur : Christophersen Thies Ouvrage : Le mensonge d'Auschwitz Année : 2013 Lien de téléchargement...

Lire la suite

Markale Jean - Brocéliande et l'énigme du Graal

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Brocéliande et l'énigme du Graal Année : 1989 Lien de...

Lire la suite

Markale Jean - Anne de Bretagne

Auteur : Markale Jean Ouvrage : Anne de Bretagne Année : 1980 Lien de téléchargement :...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book