Acheter

Villa Luigi - Paul VI bienheureux ?


Auteur : Villa Luigi
Ouvrage : Paul VI bienheureux ?
Année : 1998

Lien de téléchargement : Villa_Luigi_-_Paul_VI_bienheureux.zip

Paul VI fut toujours une énigme pour tout le monde. Le pape Jean XXIII lui-même l’admit. Mais aujourd’hui après sa mort, il ne me semble plus possible de l’affirmer. En effet, à la lumière de ses nombreux écrits et discours et de ses comportements pratiques, la figure de Paul VI n’est plus du tout ambiguë. Même s’il n’est pas si simple et facile de le prouver, vu qu’il fut un personnage très complexe: il parlait de ses ‘préférences’, par allusions ou sous- entendus, il passait tout d’un coup d’une idée à l’autre, il optait pour la Tradition, puis tout d’un coup pour les ‘nouveautés’, le tout, dans un langage qui très souvent était imprécis. Il suffit de lire par exemple ses discours des Audiences Générales et on trouvera un Paul VI pris par une irréductible dualité de pensée, une espèce de conflit permanent entre sa pensée et celle de l’Eglise qu’il était pourtant tenu de représenter. Lorsqu’il était encore à Milan, bien des gens l’appelaient ‘l’homme des utopies’; ‘un archevêque qui poursuit des illusions, des rêves généreux, bien sûr, mais irréels!’… Ce qui nous rappelle ce que disait saint Pie X des ‘chefs’ du Sillon : «… L’exaltation de leurs sentiments, la bonté aveugle de leur cœur, leurs mysticismes philosophiques, mêlés pour une part d’Illuminisme, les ont entraînés vers un nouvel Évangile, dans lequel ils ont cru voir le vrai Évangile du Sauveur…». Hé bien, cette première ‘étude’ de recherche sur la figure historico- religieuse de Paul VI nous a amenés à une triste conclusion: la ‘religion’ prêchée part Paul VI ne coïncidait pas toujours avec la religion authentique enseignée de manière constante pendant 2000 ans par le Magistère continu, par tous les Saints et les Docteurs de l’Eglise. Tout en ne mettant pas en doute la sincérité de Paul VI, car Dieu seul ‘sonde les reins et les coeurs’, nous voulons toutefois rapporter ici les tristes conclusions de notre étude sur lui, persuadés que nous sommes qu’il a entraîné les fidèles vers une ‘nouvelle religion’ qui continue à porter l’étiquette de ‘catholique’. Pour la rédaction de ce dossier, vu la gravité de la ‘mise’, surtout lorsqu’il s’agit de prendre honnêtement le courage à deux mains pour dire la ‘vérité’ toute entière, malgré le risque de devenir impopulaires (Justement parce que d’habitude, veritas odium parit), l’auteur de cet écrit depuis plus de dix ans, a lu pas moins de 30.000 pages d’encycliques, de discours, de documents conciliaires, de journaux historiques, de commentaires et de revues de tout genre pour avoir une vue d’ensemble assez adéquate pour soupeser le pontificat d’un Pape qui est déjà passé à l’histoire, et dont l’oeuvre peut donc être éventuellement mise en discussion et en jugement. Il est évident qu’à travers ces écrits, je ne prétends pas avoir fait une étude exhaustive de toute l’oeuvre de Paul VI. Mais les citations que je présente ne peuvent certainement pas avoir un sens différent de celui qu’elles ont, c’est pourquoi, même si l’on présentait d’autres textes différents, ils ne pourraient que confirmer la ‘mens’ de cet ‘Hamlet’, c’est à dire la double face de Paul VI. De toutes manières, le lecteur honnête devra reconnaître que nos écrits reproduisent sa vraie ‘mentalité’ dominante, si profondément enracinée en lui qu’elle a désastreusement inspiré toute sa pastorale et son magistère. Nous présentons donc cette oeuvre, non pour en jouir, mais avec tristesse. Elle n’est que l’accomplissement d’un douloureux devoir. Vu que la Foi est désormais attaquée publiquement, nous ne pouvons plus nous taire. Nous avons au contraire le devoir d’ôter le masque à une mentalité antichrétienne, planifiée depuis de longues années, et qui a de profondes racines dans le pontificat de Paul VI. Certes, il n’a pas été facile d’écrire sur lui, car Paul VI a été comme Pape, au centre du naufrage ecclésial le plus épouvantable qu’ait eu l’histoire de l’Eglise. Lorsqu’on écrit sur lui, on ne peut tourner autour du pot et ergoter à la recherche d’épisodes sensationnels pour cacher la vérité, c’est à dire les vraies responsabilités de son inquiétant pontificat, dans le cadre complexe de Vatican II. Voilà pourquoi, pour me faire un jugement humainement équitable sur la pensée de Paul VI et sur ses responsabilités, j’ai dû relire les ‘textes officiels’ de ses écrits et de ses paroles prononcées pendant le Concile Vatican II et celles prononcées au cours de son application. C’était la seule façon de dirimer la grave question de ses responsabilités dans le drame épouvantable qu’est en train de vivre l’Eglise depuis l’ouverture du Concile jusqu’à présent. Je peux faire mien le grave avertissement de Manzoni dans son livre célèbre: ‘Observations sur la Morale Catholique’, au chapitre VII: «… Il faut demander compte à une doctrine des conséquences légitimes qu’on en tire, et non de celles que les passions peuvent en déduire». Parcourons les pages du premier discours au Concile, dans lequel Paul VI a fait manifestement sien, le principe de ‘l’hérésie moderniste’ que le pape Jean XXIII avait déjà exprimé dans son discours d’ouverture du Concile, le 11 octobre 1962, (discours inspiré par celui qui à l’époque était archevêque de Milan, Mgr. J.B. Montini): «Neque opus nostrum, quasi ad finem primarium, eo spectat, ut de quibusdam capitibus præcipuis doctrinæ ecclesiasticæ disceptetur, sed potius ut ea ratione pervestigetur et exponatur, quam tempora postulant nostra». En voici le suc: «Mais surtout, que cette doctrine chrétienne soit étudiée et exposée à travers les formes de la recherche et de la formulation littéraire de la pensée contemporaine». Un tel ‘principe’ est inouï dans l’histoire de tous les siècles du Magistère Ecclésiastique, car il remplace le principe ‘dogmatique’, le seul qui offre la preuve et la certitude de la ‘vérité catholique’ et l’Église enseignante a toujours affirmé que la ‘raison de la foi’ ne s’appuie pas sur les conquêtes scientifiques de l’intellect humain, la ‘raison de la foi’ ne s’appuie que sur l’AUTORITÉ de DIEU RÉVÉLANT et sur celle du MAGISTÈRE SUPRÊME DE L’ÉGLISE, qui a reçu de Jésus-Christ le mandat de l’enseigner officiellement et de manière infaillible. Le ‘principe’ énoncé par Paul VI devient au contraire la négation du principe de la TRADITION APOSTOLIQUE voulue par Dieu et renverse le Magistère traditionnel de l’Eglise, mettant sur la chaire, à la place du ‘DIEU RÉVÉLANT’ et de ‘l’ÉGLISE ENSEIGNANTE’, la méthode de la recherche autonome de l’homme et la formulation d’une doctrine purement humaine et arbitraire propre au style philosophico-littéraire de l’homme moderne - de l’homme de tous temps, changeant avec le temps - oubliant que seule ‘la vérité’ révélée part Dieu est immuable et éternelle! Donc le principe est que la recherche du ‘donné révélé’ serait basé sur l’enseignement de la pensée moderne et non plus sur l’enseignement originaire de l’Eglise. Mais ceci a toute la senteur de l’hérésie! On n’invente pas le dogme, on ne peut pas le réduire à un cliché commode, comme on l’a fait en ces années de rébellion et d’orgueil, ignorant que seul le Christ est et sera toujours la ‘vérité’ absolue. Il avait bien de quoi trembler, Paul VI, pour avoir infligé à l’Église du Christ cette immense catastrophe, à travers et au nom d’un présumé Concile oecuménique. Il est toujours d’actualité ce 2ème chapitre tout entier de la 2ème Epître de saint Paul aux Thessaloniciens: «… Le mystère d’iniquité est déjà à l’oeuvre, mais seulement jusqu’à ce que celui qui le retient encore paraisse au grand jour. Et alors se découvrira l’impie, que le Seigneur Jésus exterminera par le souffle de sa bouche et anéantira par l’éclat de son avènement. Dans son apparition cet impie sera, par la puissance de Satan, accompagné de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, avec toutes les séductions de l’iniquité, pour ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont pas ouvert leur coeur à l’amour de la vérité qui les eût sauvés. C’est pourquoi Dieu leur envoie des illusions puissantes qui les feront croire au mensonge en sorte qu’ils tombent sous son jugement tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité, et ont au contraire pris plaisir à l’injustice». Voilà pourquoi, à la lumière de l’Evangile et de la Tradition de l’Eglise, nous proposons au lecteur les pages suivantes! ...

2668 lectures

Voir aussi

Walendy Udo - Le contrat de transfert et la fièvre du boycott de 1933

Auteur : Walendy Udo Ouvrage : Le contrat de transfert et la fièvre du boycott de 1933 Année : 1987...

Lire la suite

Rodrigues Raymundo Nina - Métissage Dégénérescence et crime

Auteur : Rodrigues Raymundo Nina Ouvrage : Métissage Dégénérescence et crime Année : 1899 Lien de...

Lire la suite

Böhm Ernst - Les ordres des commandants d'Auschwitz

Auteur : Böhm Ernst Ouvrage : Les ordres des commandants d'Auschwitz (1940 - 1945) Aperçu des...

Lire la suite

Menant Joachim - Zoroastre

Auteur : Menant Joachim Ouvrage : Zoroastre Essai sur la philosophie religieuse de la Perse Année :...

Lire la suite

Maury Alfred - Le symbolisme des animaux au moyen âge

Auteur : Maury Alfred Ouvrage : Le symbolisme des animaux au moyen âge Année : * Lien de...

Lire la suite

Bellamy Félix-Charles-Marie - Eon de l'Etoile

Auteur : Bellamy Félix-Charles-Marie Ouvrage : Eon de l'Etoile L'hérétique de Brocéliande Année : *...

Lire la suite

Czaplicka Maria Antonina - Le chamanisme en Sibérie

Auteur : Czaplicka Maria Antonina Ouvrage : Le chamanisme en Sibérie Année : 1914 Lien de...

Lire la suite



Donner


Histoire E-Book
Recension d'ouvrages rares et interdits


Histoire E-Book